vendredi 5 juin 2020

Devant

Surpris par l'envie de travailler des Suisses, devenue après la libération du régime d'urgence, compulsive. A les voir accélérer le pas, les vélos, les voitures et le rictus marchand, on les jurerait à la poursuite d'un phénomène en voie rapide d'extinction, le travail.

Contribution

A la statistique générale des hommes. Depuis le 18 mars 2020, j'ai dormi 827 heures, bu 246 litres de bière et 3 litres de vins, fait 1020 pompes et 670 abdos, lu un livre et demi, et tiré 239 balles. J'ai serré 4 mains, embrassé 2 fois, pris 3 fois l'ascenseur contre 45 fois les escaliers, 13 fois la voiture, aucune le train, téléphoné 6 fois et reçu 17 appels.

Retour

Qu'est-ce qu'un immigré? Un individu qui accepte de quitter son pays faute d'y trouver les conditions de la bonne vie, a fortiori de les créer. Par générosité et calcul, des pays solides et aboutis, souvent occidentaux, accueillent ces transfuges. Que ces pièces rapportées fustigent, une fois installés, les possibilités offertes par des peuples hôtes (entendre "nous") qui n'ont a priori aucune raison de partager avec un nouveau venu ce qu'ils ont acquis de plein droit relève donc du paradoxe. Ajoutons: les immigrés, gens sensés, le savent, le comprennent. Sauf quand des malfaisants, des nauséabonds, des sangsues nôtres, nées au pays, inculquent, après avoir isolé pour l'exploiter la frustration naturelle de l'immigré (nul ne souhaite quitter son pays - vous?), l'esprit de fausse identité, le faux héroïsme et la culture de fabrique, le tout vectorisé par des revendications caricaturales. A ce point de la tromperie, aujourd'hui donc, profitant du contexte anxieux qu'ils ont instillé dans les esprits, les Mondialistes augmentent la charge. Toute critique contre le pays en situation d'accueillir doit être encouragée, récompensée. Toute personne qui accueille d'emblée soupçonnée de le faire pour de mauvaises raisons. Face à un tel mépris de l'humanité, il n'y a qu'une voie d'issue: le retour immédiat et conditionnel (par le travail forcé les immigrés paient leur renvoi) vers les pays de naissance et de couleur, et ce pour toutes les races que les pourfendeurs capitalistes de la culture ont allégrement diffusées sur la planisphère depuis 1990, y compris, prioritairement, les néo-colonialistes blancs et désormais jaunes, féroces mangeurs de terre africaine.

jeudi 4 juin 2020

Mouvement 32

Belle pluie grise. Qui ne change rien au silence mou de la station. Avant que je ne quitte la chambre, ayant mal dormi - il va être onze heures - Gala prépare un café d'encre, qu'elle boit, qui lui torpille le foie. Le reste du jour, elle rase les murs, s'efforce et peine. Lavé, remis sur pied, je travaille à la remonte des clients: "annoncez vos manifestations, donnez des affiches, nous sommes là!". Quand mon termino sonne. Le médecin s'excuse: "Désolé Monsieur Friederich, j'ai un peu de retard." Un peu? Une heure trente. Sauf que moi, j'attendais son appel, une consultation par téléphone, pour quatorze heures. Me suis trompé. Lui a raison. Logique. Bref, que veux-je? D'abord savoir pourquoi la gorge, les poumons, le ventre, le haut des couilles et mon cul brûlent. Il explique, fait la part de l'alcool, du dîner tardif et de… - j'oublie. Après quoi, je dis mon angoisse majeure: "je-ne-peux-pas mettre sur mon visage le masque des gouvernements, car je suis claustrophobeux, je souffre, j'étouffe, je meurs!" A raison, il m'oppose que ce n'est pas obligatoire. A quoi je rétorque, sans mentionner l'Espagne: "ici, non". Je ne peux pas, insiste le médecin de Fribourg, car vous n'êtes pas dans la "population à risques". N'est-ce pas extraordinaire toutes ces expressions qui disent qui vous êtes? Fin de la discussion thérapeutico-morale. Essayer-pas pu. Je me mets alors à mes corrections, toujours Notr Pays. Puis je veux aller faire du sport. Première fois en trois mois que c'est impossible: je l'ai dit, tombe une pluie grise à tendance drue. Donc, tout ceci, les singeries, sont faites en chambre. Heureusement (ping!), pendant les exercices un message arrive sur l'écran, c'est une copie de l'article paru ce matin dans Marianne sur H+ qui commence par ces mots, "Dans un brillant essai…". Bon, bien. Car il faut se rassurer. S'aimer un peu. Puis c'est - déjà - l'heure de la bière. Et donc, tout va relativement bien, dans un monde en déconfiture, avec des foules neurodécérébrées qui clament à la surface de la planète leur bonne conscience pro-énergumènes tout en pillant des boutiques de chaussures à suspension, oui tout va bien, lorsque me parvient cette nouvelle :  mon gérant de Fribourg vient de vendre un contrat d'affichage à un prix de faveur fou, concrètement moins de la moitié du prix. J'attrape le téléphone, m'emporte, hurle et lui raccroche au nez. Crétin! Non, pire:  lorsque je demande, pourquoi mais pourquoi? Il dit: ces gens manquent de moyens ! Moyens! Moyens! Quels moyens! Alors que ma courbe cardiacofinancière est plate! Re-merde!

Munitionnez!

Un effet, deux mots. 1990, "tolérance", aime celui que tu n'aimes pas! 2020, "distance", n'aime pas celui que tu aimes!

mercredi 3 juin 2020

Rock

Un des titres les plus désespérés et profonds que je connaisse, digne du dernier Joy Division, Temple Of The Morning Star, version acoustique, par Today Is The Day.

Denett

Un article de prospective économique paru ce jour dont par hasard je prends connaissance ("Ils ont voulu sauver le monde, ils le dynamitent - Bruno Bertez) met en illustration de son propos une remarque qu'il prête à Daniel Denett: "Il n'y a simplement aucune façon polie de dire aux gens qu'ils ont consacré leur vie à une illusion." Cela m'amuse beaucoup, car dans H+, je dis de Denett, ce positiviste américain dont j'admire par ailleurs la perspicacité philosophique, qu'ayant consacré sa carrière à une certitude qu'il n'a jamais pu fonder, il est normal qu'il devienne en fin de vie, sauf à s'avouer dupe, idéologue.

19

Ma fille Luv a fêté aujourd'hui son anniversaire des dix-neuf ans. S'il fallait mesurer le temps qui passe, je répéterais ce que j'ai dit hier, alors que j'accompagnais Gala à Genève chez son médecin spécialiste en rééducation: "existe-t-il dans les pays non-barbares ville plus démoralisante que Genève?". Interloqué, je considérais les passants, cherchant comment ils pouvaient, à l'année je suppose, vivre dans cet état, ces circonstances, ce déni (il est vrai que la plupart sont issus des poubelles du monde). Mais ce qui mesure la rupture entre ce que je deviens - voir pour la définition de caractère la sentence précédente - et ce qu'est, en ce jour d'anniversaire, ma fille de dix-neuf ans, rien ne me paraît plus significatif que de mentionner que celle-ci ne considère, j'en prends le pari, pas le temps qui passe, ignore même qu'il passe, et donc ne voit pas ce qui est, le monde, comme pouvant être autre qu'il est, un monde autre.

Mouvement 31

Jours de divagation voués à la lenteur. Je ronflais, Gala n'a pas dormi. Au réveil, il est tard, je surviens seul dans le salon. Gala, qui dans le cours de la nuit plusieurs fois m'a rabroué ratrappe le sommeil perdu et continue de tutoyer le noir. A cette heure prononcée, ont déjà fait l'ascension de notre montagne dix-huit funiculaires - il est passé midi. Bue la première tasse de café, le téléphone sonne, je travaille par la discussion à relever l'entreprise, sauver le revenu des ouvriers, glâner s'il est possible quelques francs pour complèter le généreux salaire de zéro franc que m'alloue l'Etat pour compensaer 12 ans de versements des cotisations sociales. Ensuite, content de quitter l'espace et le temps partagés, je me plonge une fois de plus dans les corrections de Notr Pays, bientôt interrompu par l'agent de presse de l'éditeur parisien qui me propose une interview en ligne avec un magazine branché. Rendez-vous pris (en ligne), je sors, gagne mon esplanade aux Chinois, commence mes singeries sportives; hélas un nuage stoppe au-dessus de ma tête, s'ouvre, il pleut. Je persévère, finis le cœur en chamade, m'essuie, me couvre et rentre dans l'immeuble Sirius. Alors m'appelle Monami. Mardi, le ton pressé, il m'enjoignait de licencier tous les employés redoutant que j'aie à honorer la faillite et les futurs licenciements sur ma fortune - je le rassure, fortune, je n'ai pas. Ce matin, il me parle de TM, mon livre précédent: "Bien, très bien, on est avec le personnage, on sent qu'il a vécu, j'ai aimé, tu en as d'autres comme ça?" Et ajoute: "si je n'avais pas lu ton bouquin auparavant, c'est que la couverture est une horreur. Sérieusement, qui voudrait prendre en main pareil truc?". Satisfait de l'entendre dire, quelque peu agacé aussi (rien à voir avec l'interlocuteur, en ce moment parler au téléphone m'insupporte), je dis au revoir, je boucle. Descends au village, achète dans les magasins du duopole de l'émincé de poulet pour le curry malais du soir et du bourgogne épais car ces jours nous biberonnons, et un pain chrétien. Puis, selon l'habitude, façon monacale, je me place en face de l'écran de mon portable et plonge dans un excellent combat de MMA de la ligue UFC, moment inscrit sous le signe de la méditation, je veux dire de l'oubli du monde, en passe de se réduire à grande vitesse et médiocrement - honte à nous - à la société.

Partition

Toute personne raisonnablement douée avait compris qu'ils importaient sur nos territoires les énergumènes du tiers-monde afin de déclencher une guerre civile et préparer, après chaos, la régence. Guerre déclarée. Que nos jeunes relaient à partir de mots d'ordre fabriqués en laboratoire. Je me félicité d'avoir à mourir bientôt. Eux le paieront par le cyberemprisonnment. Mais enfin, ils aiment la liberté d'usine, en jouissent, la flattent. Bref, avec les anti-démocrates, je suis hélas forcé d'admettre ce jour, face aux mouvement orchestrés des rues américaines, demain européennes, que la démocratie est un échec.

lundi 1 juin 2020

Merde sociale

Au pays de France, gilets jaunes plombés, matraqués, énucléés. Au pays de Suisse, primitifs musulmans cooptés au statut de citoyens par la vertu du don de passeport dont les plus éminents, couverts pour violences sexuelles envers nos nubiles par un habile travail d'escamotage de l'Etat. Dernières manoeuvres en date dans ce domaine de l'obscur, l'Etat de Genève et son chef de l'éducation (une femme). Trop longue la liste d'ailleurs, pas mon travail, sinon de soutenir le dégoût absolu des gens de bien face à la démisison ordurière... Mais ce n'est pas ce que je voulais ici établir au présent - je me suis laissé emporté par mon peu de goût pour la pente générale de notre société et sa veulerie de salon. Ceci donc : après la levée de l'Etat d'urgence, courageux Munichois, Berlinois ou Bernois (gauchistes, droitistes confondus) contre la vaccination totalitaire, la surorganisation du corps et le traçage intrusif. Prostestations de rue aussitôt réprimées et dispersées, puis évacuées par les paniers à salade. Alors que ce jour, dans nos villes, agroupement d'antiracistes - en partie le personnel d'importation qui milite pour son droit parasitaire - au nom d'une malheureuse victime américaine de la brutalité policière américaine - je précise, je déteste la police. Et quoi, dirons-nous ? Vox gubernamentalis: "il est vrai, dixit, qu'ils ne respectent pas, 'hélas', les distances sanitaires". Réaction d'endiguement? Flics de barrage? Rien. Complaisance. Sous les ordres, la force en uniforme regarde défiler. Même, elle salue le pacifisme. Car la cause est bonne. CQFD. C'est à dire utile aux vampires mondialistes. Message des souterrains aux dupes: "faux amis, traîtres véritables, vous tous, esclaves de nos pays d'Occident, continuez de scander les mots d'ordre de l'oligarchie: à force de défendre de faux esclaves, nous finirons par prendre leur place !"

"Axis of Eden"

Solution évidente, la guerre car elle est mathématique. Alors qu'à l'évidence, seuls quelques esprits déséquilibrés, férus de pouvoir, mènent à terme un plan capitaliste de destruction de notre planète d'hommes, dans une guerre, la moitié au moins de la population (le camp du Mal", selon le raccourci opportuniste) peut être tenu pour responsable.

Dialogue

Les plus exigeants parlent à Dieu, parce que s'il répond, cela donne à penser.

Juin

Sous l'orage, il pleut des pives.

Chat

Revu par hasard ce chat dont le comportement est étrange. Il était accompagné de son maître. Et voici pourquoi, lorsque j'attirais l'attention de l'animal, il s'arrêta pour me dévisager, tendit l'oreille, n'ayant pas compris, se remit enfin en marche: son maître lui donne des ordres en bon français, qu'il accomplit, plus ou moins (assis! debout! en arrière! en avant…!), mais toujours avec la volonté de bien faire.

Estéthique mentale

Cet essai épatant de Sartre, L'Imaginaire, ne contient que des contre-vérités. L'intentionnalité prise chez Husserl permet de donner configuration de système aux observations (Sartre a-t-il vraiment fait l'expérience du regard intérieur, cela reste à voir) concernant les images mentales, rétiniennes, hypnagogiques, profondes. Mais cela n'a rien à voir avec un effet second de la volonté. L'inversion cause-effet, où l'image est toujours l'effet d'un vouloir-penser, alors même que nous croyons subir les effets de l'image, me semble faux. Toujours est-il qu'il y a si peu de littérature sur le sujet, que la théorie ne peut réellement être démise: elle est pis-aller. Quand j'en aurai fini avec les quatre livres que j'ai en cours, je vais reprendre ce sujet sur la base d'expériences vécues (par moi). De fait, je ne sais pas s'il est possible de décrire ce train d'images qui se produit une fois les yeux fermés, dans cette phase existentielle intermédiaire entre la veille et le sommeil. Cela, avant tout parce que le double positionnement exigé, observant-observé, relève du paradoxe. Autrement dit, il faudrait considérer que le degré d'expérience possible est l'expérience racontée, ce qui reconduit le problème typique du rêve raconté de la psychanalyse. Quoiqu'il en soit, après passé trente ans d'un intérêt soutenu pour ce monde des mages intérieures, ma curiosité a été une fois de plus relancée hier, par le fait que je n'ai, au moins immédiatement, trouvé qu'une littérature minime sur la "vision les yeux fermés", phénomène que je réussis régulièrement.

Dessert

La cerise sur le gâteau. Ce qui reste après que l'on a détruit la classe moyenne. Un base molle et un pouvoir enfermé dans une petite sphère.

Mouvement 30

Toujours dans la montagne. Cela prendra fin vendredi. Sans argent, comment s'acquitter d'un tel loyer? Et le polichinelle majeur Pedro Sanchez qui demande pour l'Espagne une sixième prolongation de l'Etat d'urgence! L'Editeur de Paris m'envoie un contrat de travail: avec ça, je devrais pouvoir rentrer. Comment les peuples ont-ils réussi à placer pareils paltoquets au sommet des pyramides humaines? Après quoi, l'air contrit, ils répètent les interdits qui leur son faits et s'y plient en jouissant. Faut-il ajouter que mes enfants trouvent cela normal? L'apanage de la jeunesse est de ne pas comprendre, mais aussi de servir de dupes aux malveillants. Ce qui ne facilite pas le dialogue entre les générations. Pendant ce temps, l'Etat me laisse sans le sou et empêche mon travail, ce qui va m'obliger dès demain matin à décrocher le téléphone pour expliquer à une assistante du régime social de la Glâne que je n'ai plus, ne peux pas et, bien entendu, à compter de samedi, ne sais pas où dormir. Que va-t-on me proposer: un centre pour immigrés de l'intérieur? Une chambre dans une ferme? L'hospice? Du travail? Qu'il soit dit que je récolte volontiers le raisin des communes, les pommes des communes, le blé des communes, mais pas pour le salaire plancher versé aux saisonniers dont la seule utilité est de permettre au patron helvétique de rouler en Porsche. Quelle belle saloperie que notre beau pays! En attendant de le constater, je profite encore un peu de l'esplanade du sanatorium, de l'odeur chaude des fleurs dans l'orage, du pépiement des oiseaux, ici très audibles, dans cette station de morts-vivants et de Français d'importation (travaillant). Puis rejoins Gala qui tente de pénibles traversées du salon, reprise comme elle est de violents vertiges, séquelles de son infection de janvier à l'oreille interne.