vendredi 29 mai 2020

2020-3

L'Amérique septentrionale est pauvre en esprit. Terre de pratique. Un Dieu médiocre. Surdéfini. En musique, en prière. Bras au ciel, cerveau bridé. Une hypnose collective. Pour l'imagination, un peuple perdu. Qui jamais n'a su cultiver de vrai rapport au texte. Barbares évadés des basses classes de l'Occident au 18ème, au 19ème. Quand ce peuple aujourd'hui imagine, il le fait en couleurs, sur les écrans. Ce qui a lieu sous la puissance d'inertie de cet empire assis sur nos faces depuis 1945, hier, avant-hier comme ces jours, a d'abord été joué sur les toiles de Holywood. Les Etats-Unis s'enivrent de leurs propres images, puis passent à l'action, et c'est le même scénario.

2020-2

Ce qui est attaqué? L'humanité. En nous. Par de pseudo-mathématiciens. En réalité, des doublons de mathématiciens. Privés d'intuition poétique, donc de sens de la beauté, de sens de l'équilibre : des informaticiens. Vulgaires ingénieurs capitalisés pour qui le monde n'existe que derrière un écran. Ils cherchent naturellement à réduire le monde à l'écran. Afin d'advenir dans un corps qu'ils n'ont jamais réussi à habiter

2020

Copier une personne et la diffuser via le réseau, cela peut aussi se faire en rabotant juridiquement les originalités.

Napalm 2

En retenue, hier encore, sur cette saloperie, l'Etat. Qui édicte, s'octroie et impose en nom propre. Peuple, à la trappe! Trente jours que j'attendais la quantité d'argent arbitrairement dévolue aux pékins de mon rang à qui on a interdit l'effort de travail. Ceci, car les  interdits de faire société condamnent toute pose d'affiches. Seule chose que je sache faire. Ai fait. Fait. Moralité, on est jamais assez négatif: je me trompais encore sur le degré de cynisme des coalitions fonctionnarisées d'individus qui prélèvent sur mon gain depuis 13 ans : il vient de m'être signifier qu'à l'avenir, mon salaire serait de Fr. 0.-. Et ce, dès le mois passé. Or, par mesure du gouvernement de la santé et des libertés, mes clients sont interdits de production. Donc, je vaux aujourd'hui au pays moins qu'un négroïde débarqué d'un pneumatique par les bons offices de Bruxelles. A quand la guerre?

jeudi 28 mai 2020

Mouvement 29

Déjà dit, ce soir j'étais remonté. Pour ne pas lutter contre les arbres, briser un objet ou me jeter du balcon de Sirius 23, je sors avec mes haltères. Séance de sport. Escalier dans les pissenlits, accès au terrain. Exercices pour idiots, sueur et fatigue. Soudain, il est tard. Je ne sais pas moi, mal contrôle de l'horloge, et surtout, pas encore avalé de bière. Bref, retour dans notre logement-échappatoire, Gala me reçoit en cuisine: "comment va-t-on faire!".  Ce n'est pas une question. Trois heures plus tôt, elle était habillée, voulait que je fasse chauffeur pour la descendre au village. Non-Non. Fini, maintenant elle a repassé son pyjama. J'empoigne ce qu'il faut, cette camelote de l'homme moderne, les clefs-contrôle, le fric plastifié, le cabas écologico-recyclable et je me mets au volant de mon truc roulant de 2500 kilos pour me rendre au creux de la montagne et acheter un pain, un beurre, du café. En bas, après achats, je recule la voiture, la voici qui s'arrête. Sur l'écran, un message. Jamais vu. Charabia yankee: "cruise-tank-netlink-autostop". Dodge me parle. Je comprends pas. J'éteins. Le moteur. Je rallume. Le moteur. Dodge continue. Parle. Comprends pas. Ennuyé, car je suis au milieu de la route. "P... de bourgeois¨"- moi, c'est moi ce putain de bourgeois qui a besoin d'un 4 x 4 pour acheter un paquet d'endives. Les ouvriers portugais que je bloque, ils ont raison. Deux trois manipulations, eh les gars, je fais de mon mieux. Vous voyez... j'essaie! Avant de conclure à part moi : impossible. Calme, dégoûté, je sors de la voiture, je m'achemine vers une terrasse de bistrot. Pour boire un canette. Dernier coup d'œil: une dizaine de voitures en attente. Ma Dodge? Que Dodge apporte la solution depuis les Etats-Unis! Qu'on l'emmène! Seulement, au vu de la tête que font les buveurs en terrasse, je suis le seul à penser ainsi. En Suisse, pas comme ça. Donc je me recolloque le cerveau. A l'évidence, ces gens n'apprécient pas que je boive ici, une canette, parmi eux, avec là, mon tank. Prenant acte, je remonte en houature (comme dit Queneau). Et la houature repart.

Ami

"Ecoutez, vous tous qui tolérez cet ordre de choses avilissant et infâme. Ecoutez, mais écoutez donc! Et d'abord ouvrez les fenêtres. Ouvrez toutes les fenêtres. En voilà une qui se ferme! Attendez que je descende pour la faire voler en éclats. Milady Wrongh, par exemple, au lieu de fermer sottement cette fenêtre, au lieu de vous barricadez comme si j'étais fou, ouvrez-la donc. Montrez que vous n'avez pas peur de la vérité toute nue. Ce n'est pas une raison parce que je crie pour ne pas écouter ce que je crie. Je crie parce qu'il faut crier, parce qu'il faut signifier, sur un registre éclatant, ce que personne n'ose dire. Ecoutez donc, mademoiselle la sotte, écoutez donc petite puanteur, écoutez donc tas de capons, tas de couards, et vous aussi les gendarmes et les officiers du bord qui gardez le mort. Celui-là peut attendre que la dinanderie et les récipients d'argent de la merde de Son Excellence aient passé. Moi je n'attendrai pas. Bougre non que je n'attendrai pas. Tuez-moi mais ne vous ne m'empêcherez pas de hurler toute la force de mon ventre, cette chose nécessaire et sensée et vraie que j'emmerde Son Excellence et le train de son Excellence…"
Les autobiogaphies de Brunon Pomposo, Charles-Albert Cingria.

Napalm

Après-midi de silence, sous les nuages. Trois heures de conférence en ligne avec les responsables de l'entreprise. Qui me mettent en rage. L'Etat: cette saloperie. Prends, ne rend pas. Je ne dis pas: manque à donner. Jamais je n'ai demandé. Pas chômeur, pas aidé, pas assisté. Tombé au dessous du niveau de misère suisse ce jeudi (Fr. 2000.- mensuels), je contemple avec frustration les quantités par moi livrées sous obligation au système: soit mille impôts très fluides envoyés dans les vannes à chaque minute, ce depuis 12 ans. Ne suis pas libertarien. Juste ami du bon sens. Et il me semble, bordel, que suffit! Quoi qu'il en soit, je pars faire du sport, au pied du sanatorium, auprès des Chinoises amateurs de badmington, rejetons totalitaires de ce régime qui le soir même fera une O.P.A sur Hong-Kong, échaudé comme je suis, un chat jeté à l'étang. Si tout va bien, ou mal, ou va, en décembre 2020, j'aurai à peu près autant de moyens matériels qu'un négroïde du Somaliland. Je veux dire à l'échelle de notre pays de coqs en pâte. Avec des prix alimentaires fixés par le cartel nourricier Coop-Migros. Bien le socialisme. Très bien. La faiblesse est exigible. Donc pénale toute contestation. L'arnaque! Honte au schéma de marigot! Dans lequel se vautrent - oui, oui, je sais, René Girard, la Théorie du Bouc - nos énergumènes d'importations, négroïdes, mahométans, ourmanichels, va-nu-pieds anti-critiques à qui le gouvernement apprend l'alphabet et la douche avant de dresser leur allégeance rémunérée contre le peuple. Et nos autochtones inféodés, pas encore assez diminués, qui travaillent au projet de salaire universel. Encore un effort, disait le Marquis.

Urgence

N'acceptez pas! Ne vous acceptez pas! Pas dans cette situation fictionnelle. Il n'y a pas de "situation". Ni réalité nouvelle de situation. Rien de ce que racontent les autorités d'Europe tel qu'elles le racontent. Même si le racontar était fondé - l'interprétation d'une attaque contagieuse - il n'est que le choix d'une manière parmi mille autres de raconter. Or, un raconteur ne modifie notre réalité que si on l'écoute. Surtout quand le risque est passé. Cessez d'écouter! Pour s'écouter. Que chacun écoute ce qu'il a à se dire! Affaire urgente, affaire de sauvegarde de la liberté: nous avons a demeurer ce que nous sommes. Pour devenir ce que nous voulons être. Sus à la gouverne!

I.A. 4

Il n'y pas de société télé-guidée. Tout projet d'interface générale entre l'individu et lui-même équivaut à un sacrifice de la liberté au profit de l'achat, sur abonnement, d'un crédit de relations. Ils - les Numériques - nous vendent ce qu'il ont confisqué avant de nous le revendre - dans l'urgence. Une société privée est une société d'intérêt. Idéologiquement orientée. Elle génère une masse de gestes de consommation qu'encaisse un producteur. L'orbite de la société humaine est aussitôt perdue au profit d'une rotation artificielle, donc infinie, autour d'un moteur, le capital.

Monde des Non-A

Fin du premier épisode de la liberté construite par volonté commune (1945-1990). Les vampires sont montés sur le podium. Ils nous attaquent au moment du sommeil, c'est à dire tout le temps, puisque que nous sommes, unités dégénérées, incapables de nous réveiller et de sentir nos corps. Le pompage des énergies vitales, celles de l'esprit d'abord, a commencé. Parmi les victimes, certains pensent qu'ils vont pouvoir se cacher à l'intérieur de la société. Rien que: des projections industrielles, rien que: des désirs engrammés. La digestion aura raison des résistances maigres. S'évader, il faut s'évader. Travailler de l'extérieur. Par la force intellectuelle, par la force de l'âme, par le réarmement. Le sacrifice est un pouvoir: les vampires le craignent. Il nous haïssent, mais par dessus tout, ils aiment leur pouvoir sur le monde. Tel est leur point faible. Tel notre schéma de résistance.

Rêve

(Qu'est-ce que vous répondez à cela?
Comment, quoi, qu'est-ce que j'en sais?
Pourtant, quelqu'un s'est servi de ce marteau.
Pas moi.
Quelqu'un, je n'ai pas dit que c'était vous.
Je ne dirai rien de plus.
Bien. C'est ce que nous verrons.)
La personne qui annonçait ne rien dire de plus, dans ce dialogue que je tenais au milieu de la nuit, c'était moi.

lundi 25 mai 2020

Unicité

Ce que chaque homme et chaque femme apporte à son suivant, c'est cette courte originalité située entre des pieds en terre, un cœur battant et un crâne exposé au ciel. Courte, difficile, unique. Mais surtout fondamentale. C'est elle qu'il s'agit de détruire.

Menteries

En Thaïlande, tout va bien. Comment le sais-je? Le Bangkok Post que je consulte au quotidien le dit (je ne lis pas le thaï): à ce jour, l'épidémie a fait 57 victimes. Il y a un mois, le chiffre était le même. Rassurant! Après quoi j'appelle Lin, l'hôtellier homosexuel de Trat, un ami. Il confirme: "non, ici, tout va bien!". Et des morts, je demande, il y a des morts? "Une cinquantaine je crois…". Affaire conclue : il suffit de produire des statistiques, elles disent ceci ou cela, c'est à dire n'importe quoi. A chacun ensuite, en fonction de son projet de pouvoir, d'en faire bon usage.

Dieu 5

Il y a trente ans, Jésus était mon randonneur spirituel. Ce n'est plus le cas. Relégué à l'histoire, voilà tout. Alors que Dieu. Au ciel. Ou, le ciel. Ou encore, l'en-dehors. Mais comme je ne professe ni ne crois, je mesure le trait tiré de l'un à l'autre. Pour que tant de naïfs investis du poids de la chair puissent aller en esprit et en simplicité à Dieu, il fallait ce va-nu-pieds génial, chef universel des vagabonds. Et pour tuer son génie propre, il fallait une géométrie de scribes juifs, lesquels le propulsèrent vers Dieu avant de la ramener sur terre, ou le contraire; bref, un feu d' artifice nommé kabbale que s'empressèrent d'intégrer dans leur fond de commerce les politiciens d'églises, docteurs-ecclésiastes en tête. Alors que: Dieu. Il faut dire : Dieu.  Dieu seul. Le "pas-homme". Voilà ce qu'il nous faut. Apprendre à devenir "non-dieu".

Walden II

Jamais le pouvoir n'a été aussi opérant. Pourtant, il n'est pas là, il est invisible. Dans le même temps, il est exigé que vous vous mettiez à nu. Bien sûr, ce ne sont pas vos fesses ou votre machin que l'on demande à voir, mais tout ce qui permettra de pointer, via les engins volants, pour votre sécurité et en temps réel, vos fesses et votre machin.

Simplex

Nous blancs, nous Occidentaux, nous en savons trop. Au vu des ressources mentales et physiques qui fabriquent la combinatoire humaine, nous en savons beaucoup trop. Difficulté qui n'est pas nouvelle. Sur le versant technique, elle a trois siècles; sur le versant philosophique, vingt-deux. Quoi? Eh bien, nous sommes des handicapés. Fort ou faible, le cerveau l'emporte sur le corps. La représentation du doute? Moment de génie de la race. Son vecteur de propulsion. Dans la traînée de la comète blanche, toutes les races d'inertie. Entraînées, broyées. Un sang intersidéral. Mais ces races demeurées simples, réacclimatées par nos soins, corps maintenus, esprits a minima, partent aujourd'hui à la conquête du doute. Et, moyennant complicité occidentale, détruisent le monde avant de le ramener à ce qu'il était: une simplicité.

Régisseurs

Quand vous naviguez sur un grand vaisseau, avion ou navire, vous n'avez aucune influence sur le régime des rythmes, air ou chaufferie. Dans les immeubles suisses, c'est pareil. Boulonnés au paysage, ils vous contiennent et vous imposent leur machinerie. Dans mon immeuble de montagne, je subis une chaleur en chambre digne d'un asile de vieillard alors que mon frigorique est sibérien.

Actions

Pas d'autre résistance que les comportement libres et affirmés. A charge de tous. A charge de chacun. Face à la situation mondiale de fausse urgence et de réelle mainmise, l'infraction systématique est modeste mais elle favorise la re-conquète. Qui eut dit hélas, il y a trois mois encore, que nous aurions à défendre par des actes ponctuels d'oppositon une liberté pratique? Et cependant, elle paraissait déjà bien éloignée de l'idéal philosophique notre liberté. Sauf que: aujourd'hui elle est menacée. Pire, telle que médiatisée par les outils réglementaires et numériques, elle pourrait disparaître sans que l'on en garde le souvenir.

Films

Il y a des soirs où je me persuade de regarder un film. Je cherche. Long temps. Je finis par trouver. Dès les premières scènes, avant même le générique - puisque le régime d'appel fonctionne désormais ainsi - je renonce. Ce soir, je me demandais: pourquoi? Car notre monde est une fiction. Je passe l'essentiel de ma journée à ramener ce qu'on me présente à la réalité afin de construire une situation minimum; de sorte que j'éprouve, à lancer en soirée un film pour le divertissement, un immense gâchis.

9 mm

Dans les bois du Valais, en altitude, le matin, avec des armes. Les mieux doués que moi ont un équipement modeste mais efficace. J'ai un équipement efficace et immodeste. Ce n'est pas faute de vouloir, de tenter, de travailler. J'y consacre hélas un temps marginal et achète parfois ce matériel au titre de l'investissement; quant à mes connaissances pratiques, elles sont maigres. Disons-le, en regard des spécialistes, j'ignore plus que je ne sais. Or, dans ce milieu d'amateurs, l'amateurisme ne pardonne pas. Ainsi, dès que nous prenons place sur le terrain (550 mètres de dévers au-dessus de la broussaille, interdit de trébucher), l'instructeur s'emploie à me rabrouer. Il me renvoie, m'isole, demande à son assistant-tueur de me faire réptéter les régimes de souplesse, "dégainé, contact press-touch", les intitiés s'y reconnaîtront. Bonne nouvelle, l'homme qui est affecté à mon examen, en dépit de son air de motard viellissant, bandana sur le front, muscle rebondis, pattes, est un personnage: calme, bienveillant, direct - lentement il me remet en place. A la fin de l'entraînement (entre temps j'ai été réintégré dans le groupe), comme nous regagnons par un sentier suspendu nos voitures, il me dit son métier: "tiger". C'est à dire Marshall embarqué sur les avions de ligne pour assurer la sécurité armée à bord.

Images 2 (erratum)

Je ne concluais pas la note précédente, je m'en aperçois deux jours plus tard. Pour mémoire, omission imputable au fait que je crois le destin des Goebbels bien connu, mon but était ici de mettre en évidence le tragique du jeu des enfants, sur le toboggan, avec le skateboard bricolé, devant la future avancée de l'armée rouge -  nous parlons des derniers kilomètres. Magda, pour préserver ses filles de tout régime qui supplanterait le nazisme, les empoisonne.