samedi 23 mai 2020

Images

Dans les documentaires d'époque à usage intérieur filmés par le Reich, réception de Rommel, alors en charge de la consolidation de la ligne de fortification Europe, chez Magda Goebbels, femme du Ministre de la propagande: on y voit l'un des enfants de la famille descendre un toboggan sur un skateboard artisanal.

Mouvement 28

Pluie drue. J'hésite. Gala m'explique un escalier, un potager sauvage, un couvert. Ne trouve pas. Je me retrouve à faire des exercices dans une niche de vieux ciment avec les cloportes et deux araignées fuyantes. L'Espagne est toujours fermée. "Pitié-Espagne", écrivais-je il y a un mois: je confirme. La génération nouvelle n'a jamais travaillé. Elle est nourrie de télévision et d'omelette. A demi-perdue. Rampante. Et place sa confiance dans cette équipe de grands salauds du gouvernement, lequel négocie à partir de l'effroi une longévité du pouvoir artificielle et dangereuse. Plus tard, au sec, j'écris à mon amie chinoise de New-York. Elle est là, malgré le décalage, et aussitôt répond. Elle dit: "je ne prends pas de nouvelles de mes amis, car j'ai le sentiment désagréable de chercher à savoir s'ils sont encore vivants". Elle parle des oiseaux. De retour. Je sais. Mais au bout de deux mois de cyberemprisonnement, ces oiseaux semblent tout à fait compatibles ave les humains. Affaire de capital. De capitalisme. De connerie blanche. Exactement, de gestion non-délirante du capital (ce qui, avec l'annonce hier tombée de l'augmentation sur 6 semaines de 45% de la fortune de l'indic universel Zückenberg, gagnant majeur du caviardage des libertés, semble plutôt mal prometteur). Après quoi, je me mets en contact avec une Birmane, chercheuse au CNRS, qui répond avec un grande amabilité aux questions de détail qui vont me permettre de boucler les corrections du manuscrit Naypyidaw. En soirée, sous la pluie toujours, je prépare cartouches et gilet, armes longues et courtes, pour aller demain, dans la montagne du Valais, soumettre mon peu d'habileté au savoir pratique des instructeurs du club de tir.

Dieu 4

Dieu ne sait rien, il est donc absolu. Du peu qui constitue sa réalité matérielle, l'animal sait tout. Sa survie est une compréhension. Il est donc relatif. L'homme n'est ni absolu ni relatif. Il crée Dieu, ou plutôt il nomme ainsi la limite supérieure. Et constate l'animal, dont il fait sa limite inférieure. C'est pourquoi il est progrès: possibilité d'une trajectoire entre un principe incompréhensible et un but changeant.

vendredi 22 mai 2020

Dieu 3

Le dieu vivant, c'est l'homme. En tant qu'il est capable de penser un Dieu et de s'y assimiler, donc de devenir esprit. La force tant vantée par nos sociétés de fidèles de l'outil est une force nécessaire et insuffisante. Parvenue au meilleur degré de réalisation, elle n'est plus que le triste résultat d'une compétition vers l'absurde. Nous devons devenir ce que nous sommes, un individu fini qui tend à l'infini, un individu compénétré et conscient de se pouvoir lentement, très lentement, dépasser par le travail intérieur.

Dieu 2

Dieu est un phénomène d'expansion. Il est spirituel parce que produit par l'esprit. Il existe aussi longtemps que vécu, puis se contracte, se love dans la mémoire. Il reparaît  à la faveur d'un moment de génie. Il est faussement dit que ce moment de génie est produit par un appel de Dieu. C'est l'inverse.

41

Bataille de Moscou. Par moins quarante degrés, après des jours acharnés de combat, les soldats des divisions sibériennes détruisent à coups de crosse les croix de fortune érigées par l'attaquant nazi sur les sépultures de fortune des camarades tombés.

Milieu

Littéraire, non-criminel. Auquel j'appartiens par défaut. Et de ce fait, me parvient hier, comme à mil autres j'imagine, un message de Daniel de Roulet, lequel exhibe son refus de participer à une édition en ligne du Festival de Soleure (pour les profanes, un festival local de littérature). A la clef, pour défense et illustration, une lettre en forme de catalogue des conditions exigibles pour être, devenir, demeurer un écrivain par ces temps de contrôle numérique des corps et des esprits. Qu'il fustige. Je signe. Ce que je confirme aussitôt à Daniel de Roulet: "Bien vu!" - lui dis-je. Réaction augmentée de quelques phrase amènes et reconnaissantes. Il a raison. Ne faisais-je pas de même, il y a seulement trois jours, lorsque je j'apprenais que la plateforme Datasport nous vantait, à nous autres membres intéressés par la course de fond, une compétition de relance… en ligne? Cependant, doit être additionné ici au propos, concernant l'initiative écrite de Daniel de Roulet (dont j'aime le caractère, les textes, quoi que dubitatif sur l'écriture et hostile au positionnement politique sous-jacent, d'ordre muséal, et en phase accélérée d'obsolescence) une remarque que je n'ai formulée que par après, et dans le for intimet, une fois perçue la teneur générale de la démarche. L'écrivain entendant, si j'ai bien compris, déclarer impossible et non avenu un débat agendé par les Journées, avec des collègues-écrivains suisses-allemands, sur la question de l'engagement. Sous prétexte que: "cela ne peut se faire en ligne". Engagement - en ligne. Contradictio in terminis. Soit. Je re-signe. Seulement j'objecte, du fond de la classe. Monsieur! Quelle ironie ce programme, alors que nous sommes tous à ramper comme des vermisseaux devant le pouvoir cathodique et policier. Car enfin, que peut bien vouloir dire, dans le domaine de la littérature ce mot grossier (du lexique militaire), "engagement"? Quel sens lui donner après la mise au formol des derniers épigones marxistes? De qui se moquent ces "engagés"? Ou plutôt ces professeurs d'engagement? Au lycée français de Mexico, avant la venue au pouvoir de l'énergumène de droite François Mitterrand, on me bassinait déjà avec les Eluards postérieurs et les Pablo Neruda onano-communistes (dans le cas du Chili, exemplifiant la limite d'intelligence libertaire d'un sud-américain doté d'un cerveau). Mais, aujourd'hui? S'il vous plaît! Et cela, en Suisse, en Europe, au mitan des technocraties, au moment où des individus sans l'ombre d'une importance comme Daniel de Roulet et moi-même en sommes réduits à gober les fadaises d'une coalition de pouvoirs dépassée par les événements, incapable de produire du sens et sous-commis à des experts sans jugeotte ni allant? Il n'y a pas! Il ne saurait y avoir! Il ne peut exister aucun engagement! A part l'action. Donc, ceci est une posture. Plus encore dans notre pays, formant comme aux périodes charnières de l'histoire, un "oeil du cyclone". Ou plutôt, oui, il y a quelques hommes. Des courageux. Des engagés. Des croisés. Qui prévoient de recevoir des coups. Un liste de moins de vingt solides. J'admire. Ce qui montre assez mon dilettantisme. Je pense par exemple à cet homme qui va peut-être mourir en prison ces prochains jours, lynché par des musulmans mondialisés, et ce par la faute de la démocratie totalitaire des Anglais: Paul Golding. Sinon? Allez-allez! Suffit! Retournez vous asseoir à votre table d'écriture!

Nous, les enfants

"Mesdames, Messieurs, Veuillez évacuer immédiatement le pays, et ce jusqu'à nouvel ordre. Nous vous tiendrons informés. Le gouvernement maîtrise la situation."

mardi 19 mai 2020

Robotisation

Robots et immigrés. Tel est de longue date le projet de refonte sociale. Les uns sont privés d'esprit, les autres ne pensent pas, ou mal, ou s'ils pensent, par intérêt s'inclinent. Ce piège tendu à l'histoire, la nôtre, de longue date théorisé dans les think-tanks néolibéraux, techniquement mis à charge de la gauche universitaire américaine puis européenne permettra, à la faveur de l'épidémie, de garantir le rançonnement ouvrier de la population en faveur d'une minorité adepte du dimorphisme comme l'étaient autrefois, au moment de la plus grande pourriture des prérogatives, les dynasties royales de notre continent.

Réunion

L'Allemagne va acheter l'Europe.

Rêve

File d'attente en zig-zag. Ce sont les invités à la soirée de gala de la Maison Blanche. Devant moi, Bart Simpson, le personnage de dessin animé. Il est candidat. "Vous faites erreur, me dit-on, il s'agit d'Homer". Pour savoir à quoi ressemble Homer dans la réalité, je remonte la file. Eh bien, il est tout à fait crédible: chauve, roux, débonnaire. "Hélas, se confie-t-il comme je lui souhaite bonne chance, il y a peu de chances que je sois élu président, et ce n'est pas à cause de l'opposant, mais de cette femme qui fait cavalier seul, Jennifer". Vient mon tour de pénétrer dans la Maison Blanche. Je dois alors me hisser jusqu'à la porte. Haut placée, elle n'est accessible qu'aux acrobates. Enfin, je bascule dans la salle de gala. Des invités de marque se tiennent là, déguisés en girafe, chameau, chien, serpent. Un maître de cérémonie me conduit au buffet tout en posant des questions. Qu'il conclut par "vous avez droit à ça!". Une goutte de vin versée dans le creux d'une bougie elle-même placé à l'intérieur d'un verre, tandis que les convives boivent le vin à grands traits. Je m'approche des groupes pour entendre les conversations. Partout il est question de l'élection, mais sur le mode du "one-man-show", chaque interlocuteur s'efforçant de faire rire les autres. Une fois la salle traversée, je me trouve dans une salle de musculation. Entre les machines, des tas de polenta jaune. Les hommes qui s'entraînent sont maigres et puissants. Entre deux exercices de force, ils mangent le maïs à la louche et piochent du Nutella dans des seaux.

lundi 18 mai 2020

Après

Meilleure fenêtre depuis longtemps pour vagabonder.

Alpestre

Ce matin, par grande lumière, je pars marcher. Au hasard, j'emprunte des sentiers fléchés. Au-dessus des alpages, sur un plateau de pierres éboulées, je croise un couple qui finit son excursion - il est midi passé. Je tente la montée. Après une heure trente de progression, comme le sommet est en vue, renoncer serait frustrant. En fin de compte, je suis sur la Tour du Famelon, à 2139 mètres, fatigué, content, pris de vertige (je le suis aussi sur un simple pont). Splendide ouverture sur les prés. Verts changeants, selon la fuite des nuages, de la nuance pâle au foncé bouteille. A l'horizon, les Mosses et la Forclaz. A l'est amas une amas de pierres rondes encore maquillé de neige.

dimanche 17 mai 2020

Action

Activité, à proportion des forces physiques; raison, à la mesure des capacités du cerveau; pensées, fonction du génie de l'esprit. Rien, jamais, ne doit être bridé. Bien informée, la discussion est nécessairement vecteur.

Datasport

Annonce d'une course à pied en ligne... "Bonjour, Merci pour vos informations. Tout report d'une activité vitale dans le virtuel équivaut à une soumission au cybermonde que préparent les intéressés. Forêts, lacs, champs, notre pays, le pays du peuple! Meilleures salutations".


Dieu

Je réfléchis à un livre sur Dieu. Pas celui qui existe. Celui qui est immanent, possible, en devenir. Celui que nous sommes, dès lors que nous avons la capacité de le penser.

Futur proche

Si j'avais à composer en vue de de la reconstruction de l'Europe après ce guet-apens un comité de sages, je convierais les autrefois dissidents du bloc de l'est.

Nouveau Monde

Vols vers Bangkok interdits jusqu'en juillet; réseau de caméras numériques sur la plage de Fuengirola, Andalousie; couvre-feu à Rangoun;  en Aragon, membres d'une même famille contrôlés à bord de leur voiture; illégaux défendus par l'Etat suisse; ministres qui se cooptent dans des positions de pouvoir à la faveur de décrets, à Paris, à Madrid; femme négroïde à passeport français qui fait passer une loi qui détruit la liberté d'expression; manifestants démocrates appréhendés parce qu'ils portent une pancarte; clients de centres commerciaux contraints de télécharger une application de traçage pour accéder aux magasins… Un monde fou.

Léman

Monpère, bientôt quatre-vingt ans, et surprenant: "Que faites-vous, bloqués à Lausanne, lui dis-je?". "De la promenade, beaucoup de promenade, en ville, au bord du lac… tiens justement, au fait, je pensais acheter une combinaison pour aller nager. Tu sais comment ça fonctionne ces trucs toi?".

Air

Pilote de chasse, j'étais tenu de prendre les commandes devant le Conseil fédéral réuni in corpore, pour une démonstration de feu, du nouveau Grippen. Or, je n'avais pas la moindre idée de pilotage. Je poussais alors devant moi un camarade d'escouade, professionnel chevronné, espérant qu'il me glisserait à la va-vite les rudiments nécessaires au décollage de l'appareil. Monté dans l'avion, je constatais qu'il s'agissait d'un monoplace. Et les dirigeants me pressaient: "commencez! commencez donc!"

Mouvement 27

Nature généreuse, fraîche et chaude. J'aime l'herbe grasse et les pissenlits. Les montagnes penchent à nouveau vers l'immeuble, tout à l'heure les élèves de l'école du Sanatorium sont reparus. Ils bronzaient sur des chaises longues à même le terrain de sport, ils buvaient du thé. Ils n'ont aucun souci. Leurs pays? Proche-orient, Afrique noire, Hong-Kong. Fermés.  Alors? "Rien, me disent-ils, nous louerons des appartements pour l'été!". Fortunés parents.

B-O

Plus ou moins doué dans mon domaine de vocation, l'écriture, je viens de vérifier que sorti de là, tout est difficile; ainsi il m'aura fallut plus de trente heures pour assembler une misérable bande-annonce de huit minutes pour la promotion de mon livre sur Naypyidaw.

Mouvement 26

Quelque part en montagne, noyé dans la brouillard. Les arbres ruissellent, les corbeaux croassent. Une semaine que je ne vois plus les élèves du Sanatorium. Par moment, lorsque je m'entraîne sur l'esplanade, des rires fusent. Je lève le nez vers les étages. Personne aux balcons. Le paysan a rentré ses vaches écossaises. Gala m'envoie recharger son téléphone au supermarché. Des adolescents boivent sur le trottoir. Image réjouissante. Il faudrait les multiplier par cent, par mille. Au café qui vient d'ouvrir, un client attablé devant un jus de pomme. Vision finlandaise. Les frère Kaurismäki nous régalaient de ce cinéma du néant dans les années 1990. Depuis nous sommes passé par la fièvre, la gesticulation, le choc des corps, le feu babélien (mon projet d'en faire le récit sous le titre "Le devenir new-yorkais de Lausanne"), avant de retomber, sous l'effet des discours de terreur sanitaire, dans la plus complète aboulie. Au supermarché, l'ambiance est plus décontractée qu'à la fin mars. Mais - il faut le noter - cet appareil de distribution de la nourriture est le seul lieu vivant à quinze kilomètres à la ronde, pas de quoi en faire une université de l'homme libre. De retour dans l'immeuble Sirius, je prends des nouvelles du gouvernement espagnol, auteur de décisions chaque jour plus absurdes, destructrices, peut-être fatales pour l'économie des foyers. A Madrid, dans le quartier de Goya, des manifestations anti-état d'urgence exigent la démission de la Moncloa (manifestations aussitôt déclarées d'extrême-droite, ce qu'elles sont en partie hélas). Et en Allemagne: force réactionnaire du peuple. Et à Berne hier : samedi prochain, j'irai.

Hobby

L'homme sans tête élevait des pigeons.