samedi 11 mai 2019

6

Villanueva de la Jara - Cañete. 91 km. Dénivelé 885 m.

vendredi 10 mai 2019

5

Alcaraz - Villanueva de la Jara (Cuenca). 135 km. Dénivelé 800.

jeudi 9 mai 2019

4

Úbeda-Alcaraz. 127 km. Dénivelé 1200 m.

mercredi 8 mai 2019

3

La Calahorra-Úbeda. 151 km. Dénivelé 1400.

mardi 7 mai 2019

2

Lanjarón-La Calahorra. 107 km. Dénivelé 2900 m.

lundi 6 mai 2019

1 - Notes à recopier.

Rincón de la Victoria-Lanjarón. 111 km. Dénivelé, 1695.

dimanche 5 mai 2019

Traverseur

Stage de deux jours à Santa-Ana-Malaga. Menaces et attaques de couteau, puis bâton. Long, douloureux, épuisant, mais tellement sympathique. Le soir, à Rincón de la Victoria, José déballe mon nouveau vélo qui arrive des Etats-Unis. Tandis que je traduis pour des Hollandais qui louent des trottinettes, il monte les pédales, injecte le liquide anti-crevaison, calcule la hauteur de selle. Devant l'hôtel, sur le quai, des milliers de passants, couples, familles, chiens, enfants, villageois, coureurs, clochards, cuisiniers, gitans. Dans l'eau, des baigneurs. Sur la place, marché de poisson et danses flamenco. Hier, dernier entraînement avec le formateur israélien, un tir tactique en labyrinthe. Aujourd'hui dimanche, je n'ai fait que dormir et regarder la télévision. Et signer, avec l'aide du personnel de la réception, un contrat de location pour un appartement à Florence dans le quartier de la Piazza Michelangelo. Il s'agissait d'imprimer, de remplir, signer puis scanner et renvoyer. Pas vu l'appartement. Gala non plus. J'espère avoir bien lu : désistement possible moyennant préavis de deux mois. Demain, première étape au lever du jour, après avoir renvoyé les affaires par la poste, Malaga-Lanjaron, 111 km, dénivelé positif de 2000.

Essai

Des hommes, deux femmes. Le Conseil fédéral. C'est ainsi qu'on me le présente. Restez à l'écart, m'ordonne l'huissier. Au groupe, il chuchote:
- Vous êtes sûrs de ne pas vouloir l'entendre? Le sujet est tout à fait actuel.
Un des Conseillers indique que je peux y aller. J'expose alors les thèses défendues dans mon essai Hommemachine. Le résumé est concis mais exhaustif. Je m'appuie sur Descartes et La Mettrie, la cybernétique et les expériences de chambres chinoises. Au moment d'exposer l'économie pure de Menger, je me réveille. Dans un demi-sommeil, je termine la présentation et me rendors. Plus tard dans la journée, comme si le rêve avait servi de déclencheur, je fais imprimer de nouvelles copies du manuscrit et adresse l'essai aux éditeurs que je n'ai pas encore sollicité.

Agenda

Mardi dernier, dans la soirée, je m'installe à mon bureau avec un sandwich, j'appelle mon collègue de travail à Fribourg. Pendant la conversation, je regarde tour à tour le feu, mes préparatifs de vélo, la rue.
- Tu veux prendre note de prochains dates pour les rendez-vous téléphoniques? 
J'énonce : le 29 avril, je suis à Huesca, le lendemain à Malaga...
- Attends, dit mon collègue, le 29, c'est aujourd'hui. 
Il a raison. Il est vingt heures, je suis à Agrabuey alors que je devrais être à l'hôtel en attente du train du matin. 
Je raccroche, je cherche. Les bus? Le dernier est parti de la ville voisine il y a une heure. Chez le voisin, la porte est ouverte, mais il n'y a personne. Je questionne l'ordinateur. Les trajets comme les chambres, sept nuits, sont des réservations fermes. J'appelle un taxi de campagne. Pas de réponse. En fin de soirée, je trouve une autre compagnie. Le chauffeur s'appelle Pedro. Nous passons aux poubelle, nous passons le col, nous roulons cent kilomètres puis encore trente. Le chauffeur a trois filles. Nées le même jour. Toutes à l'université. Il aimerait voyager. Sa femme ne veut pas. Il a trouvé le truc. Il est chauve. Il ira à Istamboul pour une implantation. 
- Vous êtes le candidat idéal, me dit-il, c'est le moment, il vous reste assez de cheveux.
Nous parlons de la Thaïlande, de Torrevieja (il y possède un appartement), de San Sebastian (il y possède un appartement.) 
- Pendant la crise, j'ai acheté tout ce que je pouvais. 
A Huesca, nous sommes amis.
- Bon Alexandre, on fait comme on a dit, dès que je rentre de Turquie, je t'appelle et je te montre le résultat.
Content d'avoir rattrapé mon oubli, je parle plus et mieux qu'à mon habitude. A l'hôtel Lizana, le patron:
- Ah, c'est vous! Et en taxi! Pour la peine, je vais vous donner notre plus grande chambre. 
A l'étage, je me retrouve avec six lits.