jeudi 29 novembre 2018

Anniversaire

Soleil radieux pour le jour de mon anniversaire. Commencé à cette occasion un nouveau livre. J’écris sur le toit, parmi les perroquets. Rédigé au fil de la plume, le texte est bavard : point d’accroche, un village de montagne dans un trou, une fabrique d’eaux minérales. Et un visiteur trouvé ventre contre terre au milieu d’un aplat de carottes. Je m’amuse. Ensuite, vélo sur la plage, pendant les heures calmes, celles dont profitent les pêcheurs. Sur la plateforme qui ferme la digue, il y en a deux aujourd’hui, équipés avec pulls, glacières, chaises longues, radios en sourdine et les femmes qui bronzent derrière le rocher, à qui ils racontent, après chaque lancer (pas remarqué de prises) leurs tentatives. De mon côté, programme habituel, pompes, squats, sauts de grenouille, planche et shadow. Bonne nouvelle, nous n’irons pas au restaurant ce soir ; je redoutais la corvée : prendre le taxi pour déguster une cuisine dont nous ne savons pas même si elle sera de luxe. Ajoutons que je suis difficile, j’ai peu de goût pour ces échantillons de plat que l’on nomme « nouvelle cuisine » et sorti de cette option spectaculaire les Andalous ne savent que le commun, fritures et soupes grasses. Aussi avons-nous fait des achats. Guacamole de la région (mélangé avec de l’oignon frais) et faux caviar, poulet gros sel aux légumes, chèvre et camembert, tarte tatin. Bière mexicaine et cidre basque à l’apéritif, un Rioja Coto de Imaz 2011 pour la viande.

Mondialisme 3


Y a-t-il des Africains blancs ? Oui – en Afrique du Sud par exemple. Ce sont des colons.

Mondialisme 2


L’énoncé exact eut été : « Des Africains citoyens de l’un des pays membre de l’Union Européenne ».

mercredi 28 novembre 2018

Mondialisme

Le Monde: "Les Européens d'ascendance africaine".

Venezuela 2


-Dans mon village, à sept heures, le soir, dit Diego le Vénézuélien, il n’y a plus personne dans la rue.

-Un petit village ?

-Centre trente mille habitants. C’est l’insécurité.

-Déjà avant la crise ?

-Oui, mais là c’est pire.

Guadalajara 3


A son tour, Gala regarde par la fenêtre de la chambre d’hôtel. Prés noirs, terrains vagues, puis la nuit en pente douce jusqu’aux collines. La route file à l’est vers la Castille de Don Quichotte, oliviers, moulins, forts en ruines.

-Tu es sûr qu’il y avait des réverbères ?

-Mais enfin !

-Oui, oui. Enfin, moi, je n’en sais rien, je ne suis jamais repassée par ici.

Ce qui est faux : nous y sommes venus deux fois, ensemble, après le voyage d’été à Tolède et Alcazar de San Juan. J’insiste. Gala aussi : elle est certaine. Mémoire pour mémoire, la mienne est plus incertaine que je ne le crois. En effet le lendemain, tandis que je compile pour une revue de Paris des extraits du Journal de l’année 2007, je jette un œil à des notes plus anciennes et tombe sur cette remarque de l’automne 1980 : « la première chose que nous avons fait à New-York, ce qui n’est pas bien original, est de monter au cent-unième étage du World Trade center ». Alors qu’après l’effondrement, comme le sujet était sur toutes les lèvres, je disais n’y être jamais monté.

mardi 27 novembre 2018

Venezuela


A vingt-trois heures, au retour de l’entraînement, repas vénézuelien dans un restaurant que les patrons ne gardent ouvert que pour nous. Sur une table en milieu de salle, nous ouvrons nos ordinateurs. On nous sert sur la table voisine afin que nous n’ayons pas à les refermer. Rondelles de banane frite, yuca, riz noir et plume de porc. Délicieux. Sur la nappe, des fourmis. Avant que le garçon apporte les plats, elles n’y sont pas ; après qu’il débarrasse, elles n’y sont plus.

Titre


Plus d’une semaine que je cherche chaque nuit, raison probable de mes insomnies et moyen veux-je croire de me désennuyer dans l’attente du sommeil, le titre de rechange que je pourrai proposer à mon éditeur, celui-ci ayant émis des réserves quant au choix actuel et souligner dans le contrat, à côté de mon premier choix « titre provisoire ». Eh bien, moi qui me flatte de maîtriser la fabrique des titres, je sèche. A l’heure qu’il est, j’en ai envisagé plus de deux cents. Il faudrait relire le texte. En extraire quelques mots. Mais relire avant les dernières corrections n’est jamais une bonne idée. Superinconnu, voilà ce que j’ai trouvé de mieux. Cherchons encore.  

Télévision


L’appartement est équipé d’un téléviseur. Exception faite des chambres d’hôtel, je n’ai jamais eu la télévision. Ni enfant ni adulte. Mes parents la tenaient en réserve dans une armoire. Elle s’ouvrait un samedi sur deux. A la fin, nous n’y pensions plus. Ces jours, je l’allume. Conclusion : la seule chose que l’on peut regarder ce sont les dessins animés. Toute théorique, puisque j’éteins. La semaine suivante, je rallume. Cette fois, je choisis la chaîne d’information en continu. Autant les dessins animés me réjouissaient autant les informations m’angoissent. Et cela, à raison de deux gros quarts d’heure de visionnement par jour. C’est que les problèmes évoqués à l’écran comme leurs solutions semblent avoir été fabriqués pour occuper le temps d’antenne. Ils traitent de notre société telle qu’elle n’est pas. Rôle de la télévision : faire écran.

lundi 26 novembre 2018

Rythme


Etrange rythme. Peut-être dû au climat. Chaud, assez chaud, agréable, mais inhabituel pour ces gens de la mer - il désordonne les comportements. Car ici la règle veut que l’on travaille peu et lentement pour vaquer aux trois occupations essentielles, aller à la rencontre des autres, manger en terrasse, regarder les matchs de football. Or, les rafales de vent, l’air humide, la fraîcheur des soirées dépossèdent les villageois de ces plaisirs. Elle les dénude, les simplifie. Ils se cherchent dans la rue, s’apostrophent et se trouvent d’accord : où est le soleil ? que cela finisse ! Ce qui retentit encore sur notre horaire. A minuit, je me couche. Gala va jusqu’au bout du film, qui ne m’intéresse ni en son début ni à la fin. Gala se couche. Quand je me lève, il est midi. Gala dort une heure de plus. A quinze heures, nous mangeons, puis je vais à l’entraînement. A vingt-deux heures, film suivant et à nouveau le lit.

Pain


Distrait, je pose le pain à l’envers sur la planche. Gala se précipite :

-Le pain ! Jamais à l’envers !