jeudi 8 février 2018

Anti-technocrate

Ce que devraient comprendre les ayants-moins c'est que si Donald Trump était de corvée de chiottes, il nettoierait mieux et plus à fond qu'ils ne l'ont jamais fait.

Intégration capitaliste

Uber aura permis aux voyous de banlieue de s'offrir la voiture de leur rêve.

Vol

Mon vélo a disparu. Comment est-ce possible? Il était là, appuyé contre le stand, à bout de mains. J'alerte les voisins. Ils remuent, cherchent. Là, vous dites qu'il était là? Nous l'aurions vu! "Gardez-moi ça!" Au hasard, je tends mon appareil-photo et m'élance. Le quai est bondé. Des vélos. Je me précipite. Ce n'est pas le mien. Et si le voleur était déjà loin? Je cours. Devant un stand de glace, un ami me hèle. Des années que je ne le vois pas. Il me présente ses enfants. Au lieu de les saluer, de me réjouir, je dis: on m'a volé mon vélo. Ah, fait-il. Pour lui, cela n'a aucune importance. Je file. Tout en scrutant, j'essaie de me représenter le vélo, le dérailleur, les jantes, le cadre et je chiffre la perte.
Ceci pour le rêve.
Or, hier, dans l'après-midi, j'ai découvert ceci: on m'a volé mon vélo jaune fait sur mesure. Je dis "découvert" bien que le vol se soit produit à Fribourg il y a deux ans. Le jour du vol, passé le constat et après avoir maudit le voleur, je suis rentré chez moi,  je n'y ai plus pensé. Et voilà que deux ans plus tard, sans raison, hier donc, je me représente dans le détail la perte de ce vélo commandé vingt ans auparavant, conçu à ma mesure, peint à ma couleur et auquel j'étais affectivement lié.

Culture

La Ville de Fribourg annonce la nomination d'un responsable de la culture. Pour la presse, il pose devant une photographie de New-York diffusée à des milliers d'exemplaires par Ikea.

mercredi 7 février 2018

Embauche 2

M. à qui je parle de mon projet commercial observe: "ça existe sûrement déjà!". Ce "sûrement" est le verrou de l'inertie.

Tremblements 2

C'est l'inverse. Le plancher bouge et les murs gondolent sous l'effet des tremblements de terre sous-marins. Ondes sismiques de l'abysse d'Alboran. Quand je bois, je ne les sens pas.

Embauche

Ayant triomphé de mon devoir professionnel (deviser un travail à partir de données chiffrées), je vais manger sur le quai et, dans la foulée, prend note d'un projet de société commerciale que je garde sous le boisseau depuis l'été dernier. Dans l'après-midi, j'ai rendez-vous avec Maria pour la visite d'un garde-meuble. Le sachant, je songe: ferait-elle l'affaire? Après tout, je la connais, elle est charmante, elle travaille dans la vente et dispose d'un bureau. De sorte qu'à l'heure du rendez-vous, je suis convaincu de tâter le terrain. Le cas échéant, elle pourrait devenir démarcheuse de la future entreprise pour l'Andalousie. Lorsque je la rejoins dans son bureau, elle en conversation avec un client. Echange tendu. A la fin, avec la sensibilité et la poigne nécessaires, elle l'emporte. Nous sortons. Elle me conduit en voiture dans les hauts de l'agglomération.
-Voilà, le garde-meuble se trouve le long de cette rue.
Un rue qui monte à l'assaut de la colline, elle mène à l'autoroute.
-Je connais.
C'est à deux pas de son bureau.
-Pas moi. Tu es déjà venu ici?
-Oui, je suis allé au Lidl.
-A pied? Tu as emprunté cette rue à pied?
-Ce n'est rien!
-Jamais je ne ferai un tel effort!
Curiosité, effort. Sans elles, inutile de songer à l'embauche.

Fin du sujet

Le seul, l'unique sujet contemporain: la fin de l'homme intérieur.

Huile 2

En fin de compte, l'huile de ce paysan est-elle bonne? Monami m'a expliqué: quel que soit le prix, l'huile d'olive achetée en supermarché relève de l'escroquerie. Le seul critère est celui de la pression, première et à froid. Eh bien j'ai relu l'étiquette de la bobonne. Jusque là, pas de doute: les olives viennent des oliviers de l'agriculteur, ils ont été pressé par la coopérative, il n'y a pas d'intermédiaire. Si l'on ne croit l'étiquette. Mais alors pour quoi cette huile est-elle si peu odorante? Puis, je me suis souvenu que le bouchon, lors de la première ouverture, n'a pas résisté. Il avait déjà été tourné. J'en suis à me demander si je ne vais pas jeter cette huile. Evidemment, quand on pense que cette huile pourrait être trafiquée, on a aussitôt mal à la tête et mal au ventre. Les idées sont toxiques. Alors, je me dis, "voyons, c'est impossible!" Un type avec pareil tête de paysan! Autre chose : donner raison à la grande distribution me démoralise. Juger que la surveillance, la norme et le pillage des intermédiaires est une garantie dont on ne saurait se passer me démoralise.

Tremblements

Quand je ne bois pas, cette sensation de plancher qui flotte, de parois gondolées.

Penser

Pour être honnête, je dirais, une fois par année. Cette année, pas encore. L'année passé, oui: j'ai même pensé plusieurs fois. Je le sais car l'effort était conscient. Les éléments étaient alignés sur le papier, j'avais fait des tableaux. Pour avoir sous les yeux les pièces du raisonnement, j'avais accroché ces tableaux aux murs. Toutes les conditions étant réunies, je me penchais sur le problème et je pensais. Si cela a produit quelque résultat, il doit se trouver dans l'essai que je rédigeais. La matière que je tentais de démêler dans cet essai m'obligeait à penser. Mais en temps normal? Aussi, le rôle de l'écrivain n'est pas de penser. En littérature, la bêtise est obligatoire. Une bêtise savante, cela va sans dire. Une bêtise fondée sur l'oubli de l'intelligence. Dans tous les cas, le contraire d'une pensée dirigée et rationnelle. J'aime imaginer Einstein se préparant à penser. Ou encore Kant.

Pièce 2

Fin des années 2000, lorsque je partais pour une tournée d'affichage, couvrant les villes de la Côte, Lausanne et la Riviera avant de poursuivre sur le Valais, je mangeais et parfois dormais dans un studio abandonné. Bâti sur les toits du Montreux-Palace, il servait à loger le personnel. Je l'avais découvert en cherchant un raccourci pour passer de la ville haute à la ville basse. L'accès à l'hôtel, en attente d'un chantier, étant clôturé, personne ne s'aventurait sur ses toits. La porte du studio était ouverte. Le mois suivant, j'y apposais un cadenas à vélo.

Pièce

Une pièce confortable et claire, facile à atteindre mais que je suis le seul à pouvoir atteindre. Cela dure depuis plusieurs années. Je sais où elle se trouve. Encore faut-il que me visite le rêve qui la contient. Ce fut le cas cette nuit. Anticipant le retour à la veille, je notais les détails. M'apparut une élément neuf: la pièce est en soupente. Et sans meubles. Quant au chemin d'accès, je ne doutais pas de le savoir puisque dès le début du rêve je me dirigeais sans peine à travers le quartier étroit qui mène à la pièce. Mais cette fois, elle était occupée. Se rendre compte qu'elle pouvait l'être, que cette pièce n'était pas la mienne, me causa un choc. Je pensais : combien? combien de temps ces gens pensent-ils rester? Au réveil, je constatai toutefois que j'avais fait du bon travail: le plan d'accès en tête, la prochaine fois je retrouverai la pièce sans hésiter.

Chez Luis

Le marché de légumes au coin de la rue. Un local étroit. Pour y pénétrer, il faut sauter une marche depuis le trottoir. Le sac à la main, la clientèle défile devant les amoncellements d'avocats, d'oranges et de tomates. Deux frères y travaillent. Même taille, même visage, cinquante ans à eux deux. Ils se tiennent derrière la caisse, en bout de course, attrapent les sacs, les pèsent, comptent à voix haute. Au milieu des amoncellements, l'homme à tout faire. "Paco, un melon! Rapporte de patates! Passe-moi du persil!" Mais la boutique est le domaine des femmes. Leur moment. Elles bousculent sans s'excuser, demandent un prix, tâtent, vont et viennent. Si vous n'y prenez gare, elles se faufilent, vous perdez le tour. Quand elles ont enfin réuni leurs achats, noté le prix, elles se souviennent: "il me faut des navets! Tu as ça Luis? Et de la "hierba buena"? Donne m'en!" Alors satisfaites, tardant à sortir le porte-monnaie, elles expliquent ce qu'elles vont faire avec ces légumes. L'une après l'autre. A expliquer la recette. "Moi, je fais le "puchero" avec un peu de navet, voyez-vous!". Derrière la caisse, le vendeur fait mine de recompter. La cliente continue: "il y en a qui mettent du poivron, mais pas moi, ça devient amer". Et comme cela ne s'arrête plus, sans y penser, le vendeur fait: "oui, oui, du navet... A qui le tour?". Quand la ménagère qui parlait du "puchero" quitte la boutique, la suivante entonne: "aujourd'hui, je fais un "salmojero" et une tortilla. Tu es sûr qu'elles sont tendres tes tomates Luis, parce que pour la soupe..."?

Mondialisation

S'il suffisait de démentir quelques équations pour freiner les adhésions irréfléchies à la mondialisation, je dirais: la mondialisation est le contraire de l'universel (statistique, plutôt que principe directeur de la raison), du cosmopolitisme (vecteur d'indifférenciation plutôt que de découverte), de l'internationalisme (elle fédère les élites contre les nations et les peuples).

lundi 5 février 2018

Rue

Alors que pendant des mois nous sommes passé dans cette rue, elle dit: évitons cette rue, je ne l'aime pas.

Moho

L'institut de bioacoustique de Cornwall conserve le chant du dernier Moho d'Hawaï un oiseau de la famille des méliphagidés qui s'est éteint au début du siècle. La bande-son fait entendre l'appelle répété du mâle à la recherche de la femelle, laquelle ne vient pas, car il est le dernier représentant de l'espèce.

Les jours et les heures

Fasciné de voir à quel point chaque jour, en apparence identique, est différent. L'identique, tient à la volonté. A l'énergie. Au centrage. Nous appareillons les jours sur le modèle qui semble répondre aux désirs. La dissemblance - dans une approche essentielle, il faudrait dire l'originalité  - tient à l'échec de notre prétention à régir le hasard. Echec heureux en ce qu'il exprime la vie. Et succès concomitant, nécessaire, de la volonté, sans quoi tout serait indéterminé. De sorte qu'au moment où cesse la lutte pour contraindre le hasard à la régularité, cesse non pas la vie, mais la vie humaine: nous sommes entre la mort, état de détermination complet et le chaos, état de complète indétermination.

dimanche 4 février 2018

Local

Bernard Stiegler, pareil à lui-même, brillant et juste: "Un monde est ce qui produit du local. La localité est la condition de la vie"