samedi 13 janvier 2018

Vices

Pourquoi dans le jargon des ayants-droits à la parole, "les libertés"? La liberté! Suffit.

Chat débotté

Le chat vendit sa patte arrière, puis sa queue. A l'été, il échangea sa fourrure contre une livraison de lait. Pour récupérer sa patte, il brada ses moustaches et ses oreilles. Comme il se promenait, une bande de malvenus s'interposa. Il fit valoir qu'il était le chat du village. Les animaux qui barraient le passage s'esclaffèrent. "Du village, peut-être, dit leur mandant, mais encore faudrait-il que tu fus un chat!"

Sapin 2

Prélevé sur le mont il y a vingt journées, mon sapin de Noël n'a pas perdu un poil, preuve que l'imitation de la nature par les corporations relève de l'alchimie d'amateur.

Manducation

Toujours impressionné par la subtilité physiologique du dispositif humain de manducation dans la détection d'éléments nuisibles au corps, même petits ou minuscules, ce qui apparaît mieux que jamais à la conscience lorsque l'innerve la drogue, l'alcool, la fatigue avancée ou quelque excitation naturelle mal enregistrée.

Citoyen

Ce que nous allons devenir, je l'ignore, mais ce que nous sommes devenus, les changements qui sur vingt ans nous ont affectés, les tares produites, je les vois et je m'en affole. Mais ce qui bien plus m'affole, c'est le faire-semblant, ce regard de fausse bonhommie porté sur le désastre qu'adopte la majorité en se jouant. Au jeu de la négation du bien, des acquis et du savoir, quelle limite? Celle qu'offre un corps vrai, amélioré par une société de bonne aloi, travaillée, historique. Ce que nous sommes - attention - devenus, précisons: en Occident. Ce qu'on nomme chez les amateurs de théorie politique "un citoyen", mais je me trompe, le citoyen ne résiste plus, il s'estompe, il se simplifie, il fond. Il n'est plus que souvenir. Quelques-uns résistent;  plus hommes que l'homme des rues, ils appellent cela la fin de l'homme. Viendront et viennent déjà les viennent-ensuite, ceux qui, mi-hommes, s'égayent de recommencer tout le cycle. C'est dire que Nietzsche avait raison de hurler ses concepts: pour rater le moment critique, nul doute: nous allons le rater!

Aller au bout

Ce qu'on essaie de faire? Se faufiler. Aller au bout de son idée. C'est impossible ou presque. Non, c'est impossible. Donc la vie est une rançon. Cela est vrai pour tous. Lorsqu'on envisage le sort d'un point de vue aussi fondamental, il n'y a plus d'exceptions. Mais ce faufilement qui est la vie, dont je prétends qu'il est impossible, est réel. Et nécessairement. Avant que la mort ne mette fin à la tension, le vivant progresse sur sa trajectoire. S'il se rejoint, c'est une autre affaire. Car il y a les autres. Innombrables. Noués aux même destin. Faits obstacles. Mais là, nous sommes dans le symbolique, dans la philosophie, dans le discours, nous sommes dans la compensation.

vendredi 12 janvier 2018

Excellent Simenon

Dans La patience de Maigret: "Des saucissons, des andouilles, des fromages, en forme de gourde, des jambons à la couenne grisâtre comme s'ils avaient été conservés sous la cendre pendaient du plafond, et on voyait à la devanture d'immenses pains plats venus tout droit du Massif Central."  Pour la table autant que pour la langue, quand gagnera-t-on ce futur?

Pneumatique

Tristan Derême, de l'école fantaisiste, écrivant à Paul Valéry en 1923 suite à une confusion sur l'année de naissance du Sétois, 1872 ou 1871:

Ce baume accorde-moi, Muse, que tu distilles,
Et m'arrache aux doutes cuisants:
Comme Homère se plut à naître dans sept villes,
Valéry naquit en deux ans.

Et lui, à son habitude de rigueur, répondant par pneumatique:

Tristan, votre cœur est de bronze!
Je compte plus de jours que de bien je n'acquis
Depuis le jour où je naquis:
Trente octobre soixante et onze.



Têtes

Sorti du congélateur pour les mettre à bouillir en marmite trois têtes de cerfs avant de les dépecer au couteau, à la brosse, au cure-dent. Ce soir, ils reposent. Ils sèchent. La semaine prochaine, ils seront cloués pour servir de trophées. L'un des spécimens a des bois de plus d'un mètre et demi. La femme de D. l'a abattu à 250 mètres d'un coup dans la nuque.

La merde

Diviser, sous-diviser, prôner la liberté de chacun, selon ses désirs, prôner ainsi, au nom du bien-être que la société doit garantir à ses membres, le contraire de la société - mais qui fait cela? Qui? Car, tous - sauf, mécanique du piège obligeant, les prolétaires multinationaux prélevés sur les stocks humains des pays de périphérie - nous sommes furieux, poussés dans nos retranchements, dégoûtés, parés pour l'incendie! Qui? Cela se fait. La belle affaire! Génie stratégique des lâches qui gouvernent en gardiens-experts nos grands zoos. Et les hommes honnêtes qui ne participent pas à cette ruade contre le peuple et le bon-sens fondent leur docilité sur le principe de l'épargne, ils se disent (et j'avoue m'être dit, pendant quelques années, de même): "quoi, nous perdrions maintenant la récompense de nos efforts d'étude, de travail, de consentement, nous perdrions notre mise? Continuons encore un peu , juste un peu! Continuons jusqu'au retour sur investissement!" Le poids de la merde est augmenté d'autant.

Sentier de berge

Parti marcher ce matin sur le versant ouest du ruisseau Cortinez. De nuit, la neige a vitrifié les épineux. Sans le bâton de berger, les taillis eussent empêcher mon passage. Je me faufilais, je retenais les branches, je plaquais les touffes pour éviter que la ronce ne déchire ma veste. Les toits du village sont apparus; ils fumaient dans la combe. Auréolé de brume, le sommet des Blancas se détachait contre le ciel. Avec le réchauffement, je commençais à avoir de peine à avancer, les plaques de glace cédaient, libérée, l'eau qui roule sous les surfaces dévalait les pentes. J'allais rebrousser chemin, quand j'ai découvert une maison de pierre. En fait, moins une maison qu'une sorte de cabane, mais il y avait tout de même, à distance, sous une bâche de plastique, une parabole. Je connaissais les dernières constructions alignées sur le lit du Cortinez, à l'endroit où il rejoint le Lubierre, mais j'ignorais qu'un audacieux avait poussé plus loin, qu'il avait même bâti un pont - j'ai voulu le rejoindre, mais le mur de pierre sèche de cette propriété de fortune ouvrait sur un tel désordre de taille que j'ai renoncé, je suis retourné à Agrabuey. Ce faisant, j'ai voulu changer de berge et j'ai trouvé un trou d'eau parfait, bleu glace, bien alimenté, où nous pourrons, si le débit se maintient, nous plonger avec les enfants cet été.

Classe d'école

Cognitivistes ou capitalisme funèbre, je vitupère la simplification lorsqu'il s'agit de porter haut l'homme en exhaussant les valeurs esthétiques et morales conçues en Occident depuis la première crise de l'esprit, dans la Grèce ancienne, mais en souligne volontiers la portée utilitariste à fin de comprendre à travers les métaphores, ici celle de la classe d'école - expérience primitive des enfants nés dans les sociétés de savoir-  l'évolution naturelle des rapports politiques: imaginons une augmentation exponentielle du degré de connaissance parmi les vingt élèves d'une classe; que s'ensuit-il (elle a eu lieu en Europe en 1990)? Le schéma donné pour fatal, celui qui autorise la mainmise du professeur, souvent sans capacités réelles, sur le corps des élèves, est amené à débat par ceux-ci et contesté. Quelle meilleure riposte que d'importer dans les rangs des éléments primitifs dont la bêtise, immédiatement dénoncée par les condisciples et considérée par les nouveaux-venus comme une provocation, ajoutera à leur état minable une colère de voyous? Les rixes succèdent aux invectives, la guerre aux rixes. Les élèves du savoir se battent pour garder le contrôle de la classe et à la fin demandent l'aide de la direction qui reconfirme le professeur à son poste.
-Amis de raison, quittons la classe! Elle ne peut plus rien pour nous!

Eugénisme

Le sens porté par le mot "tolérance" après perversion est celui d'une "adaptation infinie du corps aux conditions du milieu" sous-entendues artificielles. Dans sa phase actuelle, outrancière, le capitalisme promeut une vision médicale du citoyen résumé à l'essentiel, la fonction vitale. Sous couvert de tolérance chrétienne, c'est un eugénisme positif qui est imposé. La simplification de l'homme équivaut, selon le titre de Bernard Stiegler, à la suppression méthodique de tout "Ce qui fait que la vie vaut d'être vécue".

jeudi 11 janvier 2018

Poches

Gala fourre dans ma poche toutes sortes de choses volées que je retrouve des mois plus tard, inopinément, avec un sentiment de honte.

dimanche 7 janvier 2018

Barbastro

Jours heureux avec Gala dans la petite ville de Barbastro. Elle ne voulait pas rouler, pas se rendre à Agrabuey (qu'elle jugeait trop éloigné de Barcelone), surtout, disait-elle, s'il faut ensuite descendre en Andalousie (ce dont j'avais parlé, mais pour moi, sans songer qu'elle pourrait être du voyage). Je fis valoir que de Barcelone, nous irions où elle voulait à condition que ce soit en Espagne. Nous voici donc roulant vers le Nord. Lérida? C'est toujours la Catalogne. Donc je quitte l'autoroute. Une demi-heure plus tard, nous sommes à Fraga. Une ville-trou bordée d'usines (céréales et parking à tracteurs me dit le maire la semaine suivante) et passant le pont, le panneau annonçant la mosquée avec, sur les trottoirs, les parachutés du tiers-monde que nous voyons au quotidien en Suisse. J'accélère, fébrile sors la carte. Comme d'habitude, toute générale, sans compter que la région est à peu près aussi touristique que Viège ou Schweizerhalle. Heureusement, nous replongeons très vite en plein désert.
-Mais enfin, où veux-tu que nous allions? Et pourquoi pas Agrabuey, nous ne sommes plus qu'à deux cent kilomètres!
-Tu ne vas pas commencer?
-D'accord, mais pourquoi?
-Mon médecin déconseille l'altitude, surtout si ensuite on doit faire mille kilomètres pour aller en Andalousie.
-Mais on ne va pas...
-Je sais, mais il fallait dire avant, là, c'est trop tard, mon médecin croit que je vais à Agrabuey puis en Andalousie... aïe, aïe!
-Quoi?
-La route.
-Une catastrophe! Mais tu t'attendais à quoi? On aurait dû rester saur l'autoroute!
A perte de vue, canyons, roches rouges, châteaux en ruines et cochons.
Et de ce bon pas, miracle, nous arrivons à Barbastro, petite ville de vin rouge où je trouve une suite dans un hôtel du centre. Une rue pavée nous mène aux bières, au restaurant et nous ramène à la chambre.