jeudi 17 août 2017

Ozzy

Quand Ozzy Osborne (chanteur de Black Sabbath) revient à la maison après un concert, me raconte Monfrère, sa femme lui demande "alors, mon chéri, comment ça s'est passé?"
- Sais pas, dit Ozzy, je ne me souviens de rien.
Il jouait dans un stade devant 200'000 personnes.

Surindividualisme

La propagande de masse a réussi à nous faire croire que nous étions à nul autre comparables. Ainsi, quand bien même nous ressemblons à tout le monde, quand quelqu'un meurt, c'est toujours l'autre.

Quête

Bruit des valises à roulettes que les déracinés en quête d'espace tirent sans cesse derrière eux.

Pour les non-fatigués

Nous nous regardons mourir en société et, sans trop chercher, trouvons des raisons. En réalité tout est bon: se laisser mourir n'a jamais qu'une raison, la fatigue de soi.

Valise

Gala décide d'apporter sa valise à Genève (nous rentrerons en Espagne dimanche). Elle l'ouvre, en retire la moitié des habits, les plie et les replie, les dispose sur mon lit, dans l'arrière- boutique. Puis elle me fait vérifier l'heure du direct au départ de Lausanne. Je l'accompagne sur le quai. Arrive le train. Elle s'en va. Trois heures plus tard, elle est de retour. Elle a vidé la valise à Genève. Elle l'ouvre et la remplit avec le reste des habits. Pour la seconde fois, je l'accompagne sur le quai de la gare de Lausanne et lui tends la valise. Elle monte dans le direct pour Genève.

Plante

Cette plante est formidable. Une pousse quelconque, promue à un destin gris. Non pas que je sache quel sont les voies qu'empruntent les sèves ou quelles terres sont riches, mais de la trouver ainsi, à l'époque,  épleurée devant la paroi amovible d'un supermarché de la rue du Jura, à Fribourg, m'avait remué. Je n'aime pas le choses soldées, surtout quand elles sont vivantes. De plus, la caissière m'avait fait l'article. J'ai payé cette plante Fr. 8.- Personne ne lui aurait donné un semaine. Or, trois ans plus tard, elle est là, dans l'arrière-boutique. Et je ne la visite que quelque fois par an. Elle produit des feuilles, cherche la lumière de Lausanne, la trouve un peu, avale son lot de poussière située qu'elle est entre deux étagères remplies de livres. Et dure.

Ionesco

Le roi est nu. Ainsi soit-il!

Police 2

Cette remarque sur l'intervention administrative des polices, j'entendais dire "après urgence", je la consignais avant d'avoir lu l'information relative à l'attentat de Barcelone que j'apprends à l'instant. Mes phrases étaient motivées par le film Security regardé dans mon arrière-boutique tandis que survenait l'attaque en Espagne. Peu importe, ce qu'elles signifie dans ce contexte que modifie provisoirement l'actualité. Du moins faut-il insister sur le fait que l’État a non seulement abandonnée le peuple mais qu'en défendant son intérêt il engage le sacrifice du commun. Nous ne sommes qu'au début du purgatoire.

Police

La police arrive après. Quand les citoyens ont fait le travail et défendu leur vie. Dans notre système de marché général, l’État vend un service et l'honore à moindre frais.

Arrière-boutique

Après deux pannes de batteries, sept cent kilomètres de route avec interdiction d'éteindre le moteur, la pluie, les embouteillages et la nuit, nous déchargeons dans l'arrière-boutique de Lausanne qui contient empilées jusqu'au plafond l'essentiel de mes possessions, vingt-quatre litres de bière, six cents cachets de vitamines, zinc, omega plus, a, b et d, les maillots de bain et les robes de soirée de Gala, les livres destinés aux amis d'Agrabuey, les affaires de Krav-Maga et les chaussures de course, de la vodka, du café et du beurre fondu, les couteaux de cuisines et le couteau militaire acheté à Augsburg, les vélos, les spatules de bois, des réserves de sel et de poivre en moulin, deux ordinateurs, les habits d'été et d'hiver, les classeurs administratifs français, espagnols et le courrier que l'on a déposé à mon intention, le tout, sur le sol, puis sur le lit, dans les espaces creux, sous les chaises, derrière les radiateurs, en équilibre sur les lampes à pied... bref, nous habitons une grotte. Une seule position est tenable, les jambes contre la poitrine, le dos au mur. De cette position, je considère le chantier. Plutôt, je me mets à détailler les choses. Et je vais de surprise en surprise. "Tiens, mon livre de Verlaine, le hamac cambodgien, le foulard de Tudela, la machette, et là, l'abat-jour de Gimbrède, et ce pot... que contient-il? Des agathes, celles que j'ai gagnées à Fribourg... Plus haut, il y a les skates et ma veste de motard... La réplique du christ de Velazquez, un pantalon de l'armée thaïe, ce livre de Fanor que je n'ai pas encore lu..." Ce qui m'amène à ce projet: raconter les six dernières années de vie en lisant le contenu de mon arrière-boutique.

Anniversaire

Munich - le 8 août Aplo fêtait ses dix-huit ans. Comme j'en avais l'intention depuis ma première visite il y a quatre ans, je l'ai emmené au Musée allemand. Au lieu de visiter les grandes salles où sont les bateaux et les avions, nous sommes passé par les vestiaires et les toilettes afin de descendre de plusieurs niveaux et entreprendre le parcours des métiers du forage, circulant sous-terre entre reconstitutions de galeries, veines de charbon, de fer et de sel. Des enfants petits criaient. Les voûtes se mirent à résonner. Je ne dis rien. Luv réagit la première: "ils sont pénibles!" Et Aplo: "que font les parents?". L'occasion de leur rappeler la grotte d'Azé, en France. Ce jour-là, Aplo avait dix ans. Nous étions partis de Lhôpital en voiture. C'était un mercredi, j'avais du travail et deux téléphones qui ne cessaient de sonner. Sur l'autoroute, nous avons pris la mauvaise bifurcation. Au lieu d'atteindre la Bourgogne, c'est Lyon que nous avons atteint. Une banlieue industrielle sous le soleil. Pendant que Gala interrogeait des grues qui attendaient le client devant un dépôt de carburant, je négociais un contrat d'affichage. Aplo et Luv jouaient à l'arrière de la voiture. Quand nous sommes enfin arrivés à destination, une classe de primaires s'est engouffrée pour la visite. Tout le long, ces gosses que leurs professeurs ne réprimandaient en rien ont juré et chahuté, au point que j'ai fini par intervenir m'attirant les foudres de Gala. Aplo et Luv ne s'en souviennent pas, mais ils doutent que ce puisse être pire que les cris de ces gnafrons qui courent à travers les fausses galeries du musée allemand - pire, ça l'est. Plus tard, nous remontons jusqu'au jardin anglais par les berges de l'Isar. Aplo achète fièrement son premier paquet de cigarette officiel. La vendeuse du kiosque contrôle sa carte d'identité, le félicite, lui offre des biscuits et un briquet. Enfin nous rejoignons Gala à la brasserie Osterwaldgarten, choisie parce que nous la fréquentons depuis que nous venons à Munich, mais aussi parce que les deux enfants, outre les prénoms et le nom, s'appellent Vestenskov, ce qui en danois, comme Osterwald en allemand, signifie "de la forêt de l'est".







lundi 14 août 2017

Allemands

Dans le quartier, les gens remuent le moins possible. Bouger, est le terme exact. S'ils le font, c'est en en silence, le long de trajectoires rationalisées. Manière de conjurer les mauvais coups du destin? Vous croisez un passant, il mesure la distance, salue et s'échappe. Civilisation extrême, entre effacement et rigueur. Drôle de peuple. Mais il est vrai: tous les peuples sont drôles aux yeux de l'observateur extérieur. Mais alors pourquoi le peuple suisse me semble-t-il le plus étrange et le moins compréhensible de tous? Emportés à travers une série de changements dont la vitesse désindividue comme un vitriol

Langue

Pendant le journal radio de la mi-journée sur France-Culture, j'ai compté douze fautes d'expression commises par les journalistes. D'un autre côté, je commence l'autre matin un test sur le bien-dire; une, deux, trois questions - et autant de réponses fausses de ma part.

Supermarché

Au supermarché d'Unterförhingen, cet avis de recherche adressé au jeune personnel: "nous voulons t'apprendre à acheminer la nourriture aux hommes".

Max

Collection splendide de toiles de Max Beckman réalisées dans le courant des années 1930 à la Pinacothèque, dont une toile aux personnages flous, comme soustraits au règne matériel, dans une manière distincte de ces couleurs fauves contournées de noirs qu'affectionne le peintre, Die grosse sterbeszene. Devant le lit du mourant, une figure en posture verticale et une autre, femme nue de chair grise et pommelée, accroupie, les jambes écartées, de dos.

Traversée

De retour de Schwabing peu avant minuit, nous traversons une partie du parc immergés dans le courant de canal de l'Isar les quatre fers en l'air.

Logique

Qui n'est pas d'accord avec la cooptation universelle des unités économiques dans le grand atelier flexible est d'extrême-droite.

Nommer

"Ce sont toujours les meilleurs et les plus nobles qui sont les plus détestés, car ils sont sincères et appellent les choses par leur nom. C'est là une faute impardonnable pour le genre humain qui ne hait jamais tant celui qui fait le mal, ni le mal lui-même, que celui qui lui donne son vrai nom."Giacomo Leopardi, Pensées.

Vertiges (suite)

De passage en Suisse, Mamère me dit:
-Des vertiges? Tiens donc, c'est étrange. Drosaz (le paysan de la ferme voisine) s'en plaint aussi et j'ai une amie de bridge qui a dû s'aliter.

dimanche 13 août 2017

Croisée

Gala persuadée d'aller peindre des icônes auprès de son maître russe d'Albi ou encore à Padoue et Saint-Pétersbourg; moi, trépignant d'impatience à l'idée de me rendre dans la montagne pour labourer un potager, apprendre la chasse et fabriquer de la bière. Nous en étions là, hier soir, assis côte à côte, sur un banc de l'auberge voisine. Et ce matin, embrassés à l'idée que nos chemins allaient bientôt se séparer.

Civilisation

Aucune civilisation sans ses deux éléments porteurs: l'effort consenti, le respect des valeurs (assorti d'une dialectique de la contestation).

Unterföhringen

Le soleil est enfin revenu sur Munich. Il est encore faible, du moins a t-il cessé de pleuvoir. Nous allons pouvoir traverser le parc anglais à vélo, rouler dans la ville, visiter les brasseries, quitter notre quartier qui, dans la grisaille des derniers jours, avec le silence qui lui semble naturellement attaché, est aussi monotone qu'un cimetière: dans les allées, un gamin parfois élève une voix. Ses parents aussitôt le font taire avant d'engouffrer toute la famille dans une voiture.

Enfants

Pour les enfants, l'existence banale de mondes numériques qui se présentent comme autant d'alternatives au réel implique que le réel est réel.

Sens

Que l'on puisse jamais trouver, au-delà du commentaire, un sens à tout cela est acquis - philosophes, sages et raisonnants à l'appui. Que l'on affirme dès lors que le sens est certain relève de l'aberration. Aberration qui rend le monde possible - politiciens, sectaires, idéologues à l'appui

Intimité

Airbnb amène les gens à mettre sur le marché ce qu'ils ont de plus personnel, de plus intime: leur lit.