samedi 29 juillet 2017

Joe

Davie, lors du repas pris à Toulouse, nous parlait de ses derniers investissements. De l'un de ses anciens collègues, véritable bourreau de travail, il dit:
-J'ai pleinement confiance dans son projet de gestion électronique de réseau urbain à destination de la mairie de Londres, c'est pourquoi j'ai acheté pour cent mille livres sterling d'actions de la start-up.
Comme j'essaie percer le motif de sa confiance, il explique:
-C'est simple, si mon collègue Joe est de la partie, je sais qu'il ne lâchera jamais. Le seul risque est qu'il meurt. Joe est un homme qui travaille douze heures par jour. Quand il prend deux semaines de vacances, une fois par an, en août, il dort les dix premier jours".

vendredi 28 juillet 2017

Liaison

A constater le désordre grandissant, il est évident que nous sommes à la veille d'une éclipse durable de la liberté. Qui espère l'anarchie doit entretenir l'ordre.

Ravensburg 2

A la table prochaine, une famille allemande, raide, heureuse, expressive et disciplinée. Ils mangent de la Focacia. Les enfants, un garçon et une fille de dix et huit ans, petits, blonds, lui coupe brossée, elle portant la natte, sont autorisés à manger avec les mains. Chacun a son verre de bière. 

jeudi 27 juillet 2017

Ravensburg

Les Allemands, maîtres de civilisation; voilà ce qui vient à l'esprit du promeneur qui chemine dans la ville médiévale de Ravensburg. Les habitants roulent à vélo, revêtent l'habit pour déjeuner sur le trottoir. Ils saluent, vont en famille ou deux par deux, boivent, s'amusent et travaillent comme s'ils étaient à la fête. De l'eau coule dans un canal, plantées par les voisins, les fleurs poussent pour l'agrément du quartier, les rares voitures roulent au pas et en silence. Devant tant de perfection, le doute s'insinue: s'agit-il d'une représentation? Oui et non - c'est une terre favorisée, une ville petite, et de ce lieu ancien et beau, chacun assume l'héritage. C'est ce qu'il convient d'appeler "civilisation". Comment comprendre alors cette importation décidée, encore plus choquante dans cet environnement cultivé, peut-être unique au monde, d'êtres à l'état demi-sauvage prélevés sur les stocks du continent africain? Nombreux, isolés, hagards, les bras ballants, la face patibulaire, chaussés et habillés comme des papes par les marques internationales, ils déambulent sans fin, mi-jubilatoires mi honteux. Au pays de la raison, il doit en exister plus d'une à leur présence; je privilégie celle-ci: leur intégration par inertie parmi les femmes les moins favorisées du peuple afin de produire de la force de travail comme on produisait autrefois de la chair à canon.

Obertor

L'hôtelier nous attribue un appartement. Le salon,en décrochement de façade donne à la fois sur la Porte d'En-haut, tour médiévale de base carrée qui garde l'entrée Nord de Ravensburg, et la Markstrasse où le samedi les maraîchers des rives du lac installent leurs étals de framboises, de champignons et de pommes (plus bas, à l'abri du Rathaus, les bouchers grillent des saucisses). La chambre est tapissée de bois noble, des peintures encadrées de vieil or sont accrochées au-dessus du canapé. A se tenir à la fenêtre, on s'attend à voir Narcisse et Goldmund entrer en ville après une marche à travers les collines et vergers du Bade-Wurtenberg. 

Constance

A Constance, avec C. et son amie qui visitent la ville sur la foi de mon Guide touristique à l'usage des aveugles. J'ai écrit sous la pluie, le ciel rayonne; les hôtels étaient pleins, ils le sont (partis sans réservation, nos amis fribourgeois se logent de l'autre côté de la frontière, dans l'agglomération Lego de Kreuzlingen); les passants se bousculent sur l'embarcadère, autour du centre commercial et sur la place du Paradis, cela ne change pas, c'est même plus effréné qu'il y a deux ans lorsque je dormais sous tente et arpentais les berges du lac en cherchant ce que je pourrais faire pour tuer le temps (écrire) : Suisses, Allemands, Autrichiens et, politique oblige, le restant du monde, roule à travers les rues étroites encombrées de terrasses. C. insistant, je goûte enfin cette Ruppaner dont j'ai vanté les mérites dans mon livre.

Départs

Après avoir déposé Gala chez son fils, je reprends la route. Dans la soirée, j'arrive à la ferme familiale, je gare sous le cognassier, Mamère m'accueille. Aussitôt franchie la porte cochère, je me lave les mains avec ce savon rose cassé en deux moitiés qui occupe depuis plus de vingt ans, sur le bord du lavabo, le creux d'une coquille Saint-Jacques. Chaque fois, me vient cette remarque: ce savon ne mousse pas - ceci (l'absence de mousse) expliquant cela (la longévité). Nous sortons au jardin. Mamère me raconte son séjour en Espagne, dans mon appartement, d'où elle est revenue hier; je salue le paysan qui passe sur son tracteur et profite de la vue sur les Paccots. Plus tard, je me réfugie dans la chambre en bois avec trois bande-dessinées choisies dans notre collection d'enfance: Le Sphinx d'or, une aventure d'Alix, Fort Navajo, une aventure de Blueberry et un Lucky Luke. Mais les sept cent kilomètres de route et les trois litres de bière ont raison de ma lecture. Avant d'éteindre, je lis quelques pages d'Histoire et utopie, ce Cioran qui traîne depuis l'été dernier sur la table de nuit: impossible de dire si l'auteur invente, spécule, délire ou improvise. Cet éloge de l'orthodoxie russe sent la fumisterie. Le lendemain, je cherche le garagiste. La Dacia déposée, il me faut la BMW pour me rendre à Munich. Quand je le joins - le lundi, il s'excuse: "moi-même, je cherchais ma coiffeuse! Imaginez-vous Alexandre, elle pèse quarante kilos et c'est une ivrogne, mais elle fait la coupe à domicile et j'avais l'air d'un centaure!". L'après-midi, nous descendons à Lausanne avec deux voitures, je trie le courrier des six derniers mois et récupère les clefs secrètes qui ouvrent les tiroirs secrets. A Ouchy, je démonte un lit double; les comédiens de Vidy qui louent l'appartement de Mamère jugent le matelas trop étroit. Nous allons dans le gros de Vaud. Là, au fond d'une impasse de campagne aseptisée, entre des villas modernes, solides et attristantes qui donnent sur une végétation de forêts et de cultures, un locatif. La soeur de Mamère nous fait signe de nous garer dans un case peinte au sol. Vingt ans que je n'ai pas vu ma tante. D'ailleurs, je ne l'ai vue que deux fois. La première fois, je devais avoir dix ans, nous emmenions promener un chien berger à bord d'une 2CV de hippie. Aujourd'hui, il s'agit de débarrasser le logement d'un homme frappé de la maladie d'Alzeihmer. Salon, cuisine, chambre, le mobilier est en vrac et sans valeur. Je charge une étagère, des cadres, une table de rotin et le lit double, matelas, sommier, support et pieds, transpirant sous le soleil de juillet. La tante court devant, cale les portes, indique ce qu'il faut faire, ne pas faire et comment le faire. Nous embarquons dans la Toyota de Mamère. Je suis au volant. Car il faut un jeu de clefs imbus. Sans elles, je ne peux terminer le démontage du lit. Le long du trajet, la tante: "attention à ralentir, il y a un carrefour, les voisins n'aiment pas, ici, à droite, ne frôle pas l'arbuste, ensuite tout droit, n'accélère pas trop, prudence avec le trottoir..." Et quand nous atteignons la maison où elle vit : "gare-toi contre la barrière, mais sans écraser l'herbe, le propriétaire est grincheux!" Le déménagement fini, je choisis quelques utilitaires pour Agrabuey: couteaux, planche à viande et une photographie de l'équipe de hockey du Canada signée des joueurs, souvenir du match disputé contre la suisse en janvier 1929. De retour à Ouchy, je monte le lit au sixième sans ascenseur et l'installe pour que les futurs locataires comédiens puissent travailler librement leur art cependant que la voisine, une recluse pétrie de rhumatismes et de jalousie, pour nous éloigner, tape sur ses casseroles. Lundi, je suis à nouveau à Lausanne (Mamère n'a pas internet), je négocie du matériel avec les Kurdes, paie les factures, prépare les cartons que j'amènerai à l'automne en Espagne. Le soir, je vais chez Monfrère, au chalet. Il pleut, nous buvons, nous parlons de Krav-Maga, de death métal, de littérature et d'éducation - je dors sur la canapé. L'eau coule dans la fontaine, les poules s'agitent quand tonne le ciel. Mardi, Monfrère et moi déjeunons avec Notrepère. Sujet unique: la guerre. Après quoi, j'ai rendez-vous avec Etienne Dumont, l'homme bleu: il est pareil à lui-même, effrayant, plein d'esprit, difficile à comprendre (mais aussi je suis sourd), amical. Il m'interroge un peu sur le Triptyque, j'essaie d'expliquer les enjeux du posthumanisme tels que je les discute dans l'essai, il évoque l'Italie, je parle de l'Espagne. Il constate "les vieux ne veulent plus parler aux jeunes, ils les trouvent ennuyeux". Comme je le raccompagne à la gare, il me dit encore: "le problème, c'est qu'il y a trop de créateurs. Et tous veulent la reconnaissance!" Ensuite, je saute dans le train pour Fribourg. Sur place, C. me montre les nouveaux postes d'affichage, mais le téléphone sonne, c'est le Prisonnier. Il vient d'apprendre que j'étais en ville (comment?). Nous voici au Chantilly, ce café de la rue de Romont au plafond peint, sans fenêtres, où le service est assuré par une splendide jeune fille dont le Prisonnier - qui sait tout - me dit: "hélas, son père est juge!". Sur quoi, il nous entretient de sa vie. La dernière fois, il était amoureux d'une riche secrétaire amateur de canoé et partait pour la Thaïlande. "Je suis toujours amoureux", s'écrie-t-il. Et de me raconter qu'il s'est établi menuisier et gère deux terrains que possède son amie sur lesquels un promoteur immobilier a investi huit millions de francs avec pour eux, à titre de contrepartie, des appartements gratuits une fois l'opération réalisée. Otimiste, il conclut: "et pour l'été, j'ai déniché un poste à la Coop, je vais ranger des caisses de boissons". A la nuit, Mamère qui revient de Vevey où elle jouait aux cartes, me prends à Palézieux. Enfin, mardi, j'ai mon garagiste. "Et cette coupe de cheveux?". "Venez et vous verrez, mais... il y a un petit problème Alexandre".
-La voiture n'est pas prête?
-Si, mais il leur faut un tampon.
La Glâne-Genève, cent quatre-vingt kilomètres de route pour aller pêcher une tampon sur le bureau de mon collègue à la Servette, se présenter à Carouge devant une guichetière du Service des automobiles et appliquer le tampon sur une feuille vierge qu'elle glisse dans un fax. Après quoi, je fais demi-tour et vais voir les enfants à Satigny. Luv du moins, car pou Aplo, il est à Lyon avec son amie. Or, c'est de lui que nous parlons, car s'il a réussi sa première de baccalauréat, il est désormais sans école pour la prochaine rentrée de septembre. En soirée, je récupère Gala où je l'ai déposée trois jours auparavant (tandis que je charge ses sacs et valise, nous croisons le parrain d'Aplo qui revient d'une brocante avec sa fille et un autre ami. Ce dernier que je n'ai pas vu depuis dix ans habite l'immeuble du fils de Gala. Il s'étonne: "vous vous connaissez?" Quand il comprend que nous vivons ensemble: "depuis quand?"
 -Trois semaines, lui dis-je.
Il nous félicite. Je corrige: "
-En fait, dix-sept ans!
Et sur ce, nous prenons la route pour Ravensburg.










Empire humain

"[] le temps et l'argent ne sont plus un problème. Le premier s'accélère parce que le second est abondant et peur cher."
La chute de l'empire humain, Charles-Edouard Bouée.

mercredi 26 juillet 2017

Luis

Décidément, une profession d'originaux. Lundi dernier, j'arpentais la ville de Jaca. Les salons étaient fermés. De plus, ils affichaient des services secondaires, massage, pédicure, bains d'argile... Ce que j'aime, c'est le local à miroir. Un homme joue du ciseau devant un siège de métal et de cuir. Après-midi, je pars en quête. A la périphérie, non loin des casernes, je trouve ce que je cherche. Le type est chauve, il porte un T-shirt rock, il a du ventre. Aucun client en attente. Pourtant, il après avoir consulté un grand cahier aux feuilles jaunes, il confirme: c'est complet. Il m'invite à revenir le soir. A l'heure dite, il est là, coiffant un quinquagénaire couperosé qui sent le tabac. La conversation bat son plein, mais le pauvre client n'a guère droit à la réplique. C'est le coiffeur qui fait le spectacle, récitant des vers de poésie, chantonnant, décrivant les passants qui marchent devant son échoppe.
-Et vous venez d'où?" me fait-il.
-De Malaga!
-Voilà où je veux aller, s'écrie-t-il enthousiaste. A la foire de Malaga! Il y a de ces femmes sous le ciel andalou! Avec des seins comme ça et d'agréables fesses! N'est-ce pas merveilleux! Et au lieu de fermer cette échoppe, de sauter dans le train de Malaga, je coiffe. Depuis trente ans je coiffe,sur cette petite place! C'est que je suis un homme passionné, moi! J'aime la vie! Ah les femmes!"
Quant il apprend que je suis écrivain, il finit son client, encaisse et fait pivoter le fauteuil:
-Moi aussi, je suis écrivain, il faut que je te raconte. Tu connais les femmes russes? C'est d'elles que je parle dans mon roman. Toutes les femmes russes, je leur rends hommage. J'ai presque fini. A Noël, je jette mon roman dans une valise et je m'envole pour  Saint-Pétersbourg. J'ai toujours dit à mon épouse - je suis divorcé - "attendons que la petite ait treize ans!" C'est un bon chiffre treize, à cet âge-là les filles ont moins besoin de leur père, et puis il est temps que je parte célébrer l'âme de la femme russe. Il y a une partie historique dans mon livre, mais ce qui m'intéresse c'est le réalisme et la transcendance... Je raconte une histoire, et c'est une véritable histoire de sexe et d'amour, mais attention, qui vient de là (il se frappe la poitrine, regarde en direction des casernes l'air romantique). Ah, ils vont aimer là-bas! Peut-être même que je me marierai! Mais, ne va pas croire que je n'aime pas couper les cheveux, seulement, la poésie, c'est autre chose! D'ailleurs, je vais faire un site. Bien entendu, je n'y connais rien! On m'aidera. Et sur ce site, je chanterai et je réciterai mes textes! En espagnol, bien sûr, répond-il quand je lui demande dans quelle langue il écrit, mais j'ai des amis russes, ils traduiront. Ah, oui, fait-il la larme à l’œil, ça va leur plaire qu'un Espagnol célèbre leurs femmes!
Et me raccompagnant :
-Alexandre, quand tu reviendras, en octobre, je serai encore là, le temps de remettre le commerce, de présenter la clientèle, je t'attends!
-Tu ne m'as pas dit ton nom...
-Luis.
Revenu sur la place, riant encore, je me tourne pour lui faire signe. Un enseigne jaune de plusieurs mètres surmonte le petit local: Luis - coiffeur.

Mari

Venu me dire au revoir, le maire d'Agrabuey me parle de ses filles:
-La grande, ça va, mais c'est la petite! Tenez, hier, je l'envoie au lit. Les mains sur les hanches, elle refuse. Et pour la faire céder... Avec ce caractère je ne sais pas comment elle va trouver un mari!
Elle a quatre ans.

Question

Quel rapport entre la moule et les castagnettes?

lundi 24 juillet 2017

Balaruc-les-Bains



Chez Martinez, un hôtel de la place qui fait pension. Gala traverse la salle à manger de trente tables, vide en ce début de soirée, pour demander au chef à quelle heure il ouvre la cuisine.
-Désolé, c’est complet.
A voir ainsi le lieu dans la pénombre et le silence, la réponse paraît aberrante. Déjà, nous nous éloignons, quand Gala se met en tête d’insister. Le chef nous propose alors une table en terrasse, côté jardin, avec les tortues (de terre et d’eau). Tandis que la salle à manger est comble, nous sommes seuls, servis par deux dames, et mangeons le meilleur repas de l’été, canard, truffe, huîtres et saumon, fromages et sorbets.

Paille



Derrière un camion de paille du tunnel du Somport à Tarbes. A chaque giratoire (il y en a cent), je dis à Gala :
-Il va changer de direction.
Puis, comme le miracle ne s’est pas produit :
-Quel intérêt peut-il y avoir à faire voyager ainsi quelque chose que l’on trouve partout ?

Manuscrits



L’éditeur Allia m’informe que les manuscrits envoyés en expresse le 29 mai de Malaga et dont la Centrale espagnole des postes, après enquête, m’assurait qu’ils avaient été remis en main propre à 8h55, rue Charlemagne, à Paris, soixante-douze heures après l’envoi, sont arrivés ce matin avec quarante jours de retard.