jeudi 4 mai 2017

Légumes

Hier à l'entraînement couteau, de retour dans les vestiaires, les combattants parlent culture de la tomate et de la mangue, températures, qualité de la terre et semaisons.

Concurrence

Ces écrivains inquiets qui me demandent ce que j'écris, quand je compte publier et quels sont mes projets, puis, quand je leur retourne la question, haussent les épaules:
- Oh, moi...

Electrototalitarisme (suite)

La banque qui menace de fermer mon compte si je ne lui remets pas un dossier fiscal complet, qui affirme ne prélever aucun intérêt et se sert à hauteur de dix pour cent sur les sommes que je dépose, la banque qui pour les services courants vous fait attendre des heures dans ses succursales puis livre vos données à l'Etat espagnol, cette banque affiche depuis deux jours dans la vitrine de son agence à quelques pas de mon immeuble une publicité destinée aux jeunes:
"Plus de paperasse! Entre, prends un selfie sur ton portable, envoie-le nous par SMS. Nous faisons le reste!"

Cours

Dès les premiers jours, ils firent de grands progrès dans la manipulation du poisson-épée.

Raison

La vie est bien faite: quand on  plus les moyens d'être déraisonnable, on découvre qu'on a été inutilement raisonnable.

Longues chaises

Combien d'objets ai-je achetés - je manquais dire: au cours de ce siècle - sur demande de Gala? Choses qui livrées, montées, disposées dans le champ du regard, ne servent pas. Dernières en date, les chaises longues. Nous avons une terrasse. Deux terrasses. Lien nécessaire, il faut des chaises longues. De retour de Suisse, je les trouve retournées par la tempête qui a sévit sur le littoral. Le blanc immaculé et rassurant du tissu que j'ai apprécié au déballage est sali de la terre des pots de cactus renversés par les trombes. Je regarde les chaises et je me demande quand ces dernières années j'ai vu Gala allongée au soleil, sans même parler de moi qui ne m'allonge jamais que pour deux activités dont l'une est le sommeil.  

mercredi 3 mai 2017

Axarquie

Content d'être de retour dans ce lieu qui n'existe pas.

Débarquement

Pourquoi la vie, à mesure qu'elle se déroule devient spirituelle ou lamentable? Parce qu'on voit, devine, comprend, retient et réfléchi. Et décide ou ne décide pas. De même pour les sociétés. Lancées sur leur trajectoire, elles traversent des âges de complexité croissante. Elles forgent des moyens de culture. Elle considèrent ce qu'elles sont. Prennent ou ne prennent pas acte. Débarquer en masse sur les rives de l'occident des idiots permet de prolonger la vie des sociétés en leur faisant perdre des degrés de complexité.

Incertitude

Si l'on me demandait ce que je veux faire ces jours, je répondrais: dormir, baiser, la guerre (pour mourir dignement). Pas écrire.

mardi 2 mai 2017

Salon du livre

Etonnant comme certain écrivains confondent la réalité et la réalité telle qu'ils l'on recréée dans leurs livres. Je n'en suis pas là mais, plus qu'à mon tour, j'adopte dans les conversations des points de vue pris au moment de l'écriture. Lesquels, faisons-nous entendre, sont les miens et sont ceux des personnages, donc ne sont pas les miens.

Sentiments

Sentiment de ne rien savoir, de ne rien pouvoir. Aussi, sentiment de force.

Dupes

De sorte que les Français vont élire un homme dont le rôle a été composé. Il va s'asseoir et regarder la société se précipiter dans le gouffre. En coulisse, les capitalistes rient déjà de leur bon coup.

Plaire

Je sortais avec une fille qui ne me plaisait pas. Elle rentrait d'Italie. Elle disait:
-Je suis fatiguée.
Avec Monpère et sa femme, nous étions devant un feu, devant la télévision, à côté d'un chat. Blanc et soyeux le chat.
-Il n'aime pas, disait Monpère.
-Quoi?
-Qu'on le caresse.
-Pourtant, il a l'air.
-Oui, il a l'air.
Me tournant vers mon Italienne, je songeais: "n'ai-je donc trouvé qu'elle? Il y a bien quelque chose qui me plaît, mais ce n'est pas son physique de sorte qu'il faut sans cesse que je me persuade".
Et me venait l'image du terrain que je venais d'acheter, dans une bananeraie, sur une île. Un lopin.
"Il faudrait y construire, une cabane, me disais-je, mais comment faire pour les toilettes? Et que ferai-je là-bas? Manger du riz pour sympathiser avec les autochtones? Mieux vaut encore rester avec cette Italienne."

lundi 1 mai 2017

Hauteluce 7

Encore dû m'appuyer au mur. Demain, j'ai un entraînement couteau-hache-fusil et quatre cent kilomètres de route.

Hauteluce 6

Le soir, avec la bière, ça va mieux. Le matin les vertiges reprennent. Je marche sur sol ferme et soudain je marche dans la ouate. Luv est interdite de sortie. Son visage est brûlé. La lumière est déconseillée par la pharmacienne. Avec Aplo, nous descendons à Beaufort à pied. Il se tient du côté du précipice. Nous parlons poésie. Gala vient nous chercher en voiture. Il faut aller su supermarché. Elle prend la direction de la montagne.
-C'est en bas Gala.
-Mais non.
-Mais enfin, regarde ses lacets! Les supermarchés sont en plaine. Fais demi-tour!
-Je l'ai vu en descendant.
-Le panneau ou le supermarché?
-Puisque je te dis que je l'ai vu!
Vingt minutes et cinquante lacets plus tard, nous aboutissons devant le chalet.
-Peu importe, fait Gala, il doit bien nous rester de quoi faire un repas.
Une heure plus tard, elle prend la route, retourne en plaine avec Aplo. 

Hauteluce 5

Dès le réveil, je chavire. Impossible de conduire. Nous partons sur le sentier pour réviser Alain, Montaigne, Rousseau et les thème du bonheur. Aplo se place gentiment du côté du précipice pour éviter que je bascule.

Hauteluce 4

Une demi-journée sur les pistes des Contamines en plein soleil. Luv est à ski, Aplo et moi avons loué des snow-scouts, sorte de vélo des neiges amusants à la descente, lourds à charger sur les télésièges. Le lendemain, je me rase face au miroir quand le sol chavire. Je dois me tenir au lavabo pour ne pas tomber. Je ferme les yeux, c'est pire. Je les rouvre, c'est pareil. Je me couche et me relève. Seule la position assise convient.

Hauteluce 3

La route est arrêtée par une coulée de neige. Je tourne la voiture dans le sens du retour, nous poursuivons à pied dans l'herbe, dans la boue, sur une neige artificielle molle et dure. Gala désigne en contrebas un gros chalet.
- Donne les clefs, je vais chercher mon livre, on se retrouve à la buvette.
Nous continuons. Au loin, parfois, un skieur glisse entre deux prés terreux. Gala s'éloigne. J'évalue la distance jusqu'à la buvette. Un kilomètre? Deux? Le drame. Elle va disparaître. Je serai responsable. D'ailleurs, est-ce une buvette? A mesure que nous montons, Aplo s'exclame: "c'est beau, c'est vraiment beau!" Luv s'occupe des ses baskets en toile claire et de ses chevilles nues. Une heure plus tard, nous sommes près du Col de Joly. Nous rebroussons chemin. Direction le gros chalet, "la buvette" comme a dit Gala. Sur la terrasse de planches, chaises renversées sur les tables. La porte est ouverte. La salle de restaurant est dans le noir. Une voix appelle:
-Par ici Alexandre!
Derrière un rideau de couverture, un bar de montagne. Dix employés applaudissent notre entrée. Aplo et Luv sont effrayés. La serveuse, les moniteurs, le cuisinier, les aides, les saisonniers et le paysan du coin. Ivres et joyeux. Ils parlent remonte-pentes, Laos, surf, parlent encore de Lille d'où est originaire un bonhomme à moustache qui précise:
- Exilé fiscal, j'habite en Belgique, pour ne pas payer l'ISF!
Ses gens dont nous ne savons rien savent tout de nous. Et Gala par-ci, et Gala par là, des copains de toujours. Ils tendent des bières, nous félicitent:
-Alors comme ça, vous étiez perdus!
Et Gala:
- Je leur ai dit que tu étais un colosse!
Il est vrai; nous venons de marcher une petite heure, sur un chemin, dans le soleil, en badinant....
Et le paysan du coin, cramoisi:
- La nature, ça ne pardonne pas.
    

Hauteluce 2

Les valises déposées, nous marchons jusqu'au village. L'auberge du Mont-Blanc a un nouveau propriétaire. Il a disposé des fourrures d'ours sur les chaises en bois. Nous frappons. Le panneau dit "ouvert", la salle est éclairée. Nous reviendrons. A l'entrée du village, il y a cette maison des anciennes douanes. Elle est percée. La route passe à travers la maison. Je me demande comment on y vit. Les deux jambages sont trop étroit pour y mettre des lits, la partie supérieure est sous toit. Tout manque. La route contourne ensuite le choeur de l'église et dévale. Puis elle monte jusqu'à Belleville où elle finit en impasse sur un départ de téléphérique. Que pouvaient contrôler ces douanes? Une dame appelle son chien. Je ne le vois nulle part. Elle passe près de nous, grimpe un escalier, réapparaît sur le balcon de la maison percée. Là, un chien aboie. Une porte claque, le silence est revenu. A Luv et Aplo, je désigne une vitrine. Un animal empaillé y était exposé. Un sanglier  la gueule primitive et noire. Ses crocs élancés ressemblaient aux ivoires des éléphants. Une notice écrite à la main pendait autour du cou. L'animal, disait-elle, est un spécimen unique, inconnu dans la région, venant peut-être de Slovénie. L'arcade a été vendue, elle est repeinte. La vitrine est vide. De retour à l'Auberge, nous frappons. Il y a de la musique à l'intérieur. Nous voyons une seconde porte. A notre entrée, une clochette tinte. Un verre de vin à la main, le patron sort de la cuisine. 
-Votre porte est fermée!
Il tourne la poignée et tire. Tire encore. Hausse les épaules. Tourne la clef, ouvre. Un peu de neige glisse sur le toit. Elle s'écrase sur la pavé.
-Est-ce qu'on peut encore skier?
-On peut, fait le patron. Jusqu'à demain après-midi.   

Hauteluce

Huit ans plus tard, nous revenons dans le chalet de Hauteluce. Les enfants sont étonnés. Il regardent le pré, les pentes, le clocher, les cimes, la rue. Aplo se souvient du chien noir. Poussé l'un contre l'autre, ils bavardaient pendant des heures. "Il était vieux", lui dis-je. Le cheval, lui, est toujours là. Quand Gala sort, il hennit. La tête vers nous, près de la grange, il attend sous le soleil, puis sous la neige. 

dimanche 30 avril 2017

Horloge

Je ne me précipite pas quand la journée commence, mais je resterais bien quand elle finit.