samedi 19 novembre 2016

Squat

Retour dans l'appartement espagnol. Le temps est superbe. Un ciel profond, une mer scintillante. Dès le soir cependant, l'air est frais. Et comme nous vivons sous un toit défoncé, l'humidité attaque les murs. Hier, je me mets au lit à minuit. Je n'ai pas froid. Pas vraiment. Mais je n'ai pas chaud. Je remonte la couverture jusqu'au menton, cherche le sommeil. Dès que je m'endors, je rêve que je suis dans mon squat, celui des Eaux-Vives, couché sur la palette de chantier qui pendant dix ans m'a servi de sommier. Puis je sors dans la rue et ne peux plus regagner ma chambre: les murs glissent, des câbles électriques flottent en travers des fenêtres. Olofso vient à mon secours. Je pousse un cri et me réveille. Telle est la mémoire du corps, absolue. Il y a longtemps que je n'avais pas eu froid dans un lit, mais le corps se souvient: il pointe immédiatement sur la période de la vie qui correspond à cette sensation.

Houellebecq

Que Houellebecq doive se déplacer flanqué de deux garde du corps est un signe. A sa place, je serai fier. Jamais je n'ai aimé son écriture - ce plaisir de bâcler - mais j'ai de l'admiration pour son caractère et son intuition. J'aime aussi sa révolte tranquille. Il est intelligent et en remontre. Quand un homme de parole doit engager des garde du corps (dans mes relations, deux conférenciers vivent la même situation), cela prouve que la bêtise est répandue dans la société et que l'Etat lui donne droit de cité.

Acceptation

Ces gens qui ne savent pas dire non. Une majorité. Ne serait-ce que par principe, pour établir qu'autre chose est possible. Quitte à accepter ensuite. A dire oui. L'élite - constituée du groupe d'individus acoquinés qui se définit comme telle - joue sur cette conviction que la majorité n'osera pas dire non. Que pour en imposer, il suffit de prendre de vitesse. De dire: cela est. Aussitôt les gens s'ordonnent  et avancent dans la voie de l'acceptation.

Mari

Chez Ravet, le grand restaurant, le mari qui à haute voix, afin que toute la salle entende, à sa femme qui se lève pour aller aux toilettes dit: "Que tes chaussures sont jolies! Tu as bien fait de les mettre!"

Examen

L'examen d'économie se présentait sous la forme d'une série de questions écrites. Confiant, je répondais en remplissant les espaces en pointillé. Ayant fini, je tendis mon devoir au professeur. Il me retourna: la feuille était vierge. Montrant mon crayon-papier, je jurais avoir répondu à toutes les questions. Je recommençais au stylo. A peine le devoir remis, le professeur me le renvoyait: il était vierge. Cette fois je traçais les lettres une à une, surveillant le début du mot tandis que j'écrivais afin que les lettres que le composaient ne s'effacent pas. Les mots s'accumulèrent. Lorsque je terminais ma première ligne de réponse, je relevais la pointe du stylo. Alors, toute la ligne disparut.

Trump

A tous égards, Trump est un homme du passé et sauf à abolir le présent, le passé n'est pas une solution d'avenir.

lundi 14 novembre 2016

Maquereaux

Il faut se promener la tête haute dans Genève pendant un après-midi pour voir ce que vingt ans d'une politique bêlante devant la mondialisation a fait des citadins de cette petite ville entre toutes favorisées. Les gens parlent le sabir. Is ont ont le regard fuyant et vont recroquevillés. Les gens mangent industriel et pensent argent. Ils filent en diagonale dans des rues sans âme, le cœur à l'étroit. Une faune interlope bat le pavé et rêve à vide. Les riches, parqués sur des îlots, exhibent leur possessions tandis que les Français, tirés de leur léthargie ouvrière par des salaires aguicheurs, se gaussent de leur statut d'esclaves. En 1972, Maurice Chappaz faisait pour le Valais un constat tout aussi effrayé dans son livre Les maquereaux des cimes blanches. Comme une neige qui fond sous un soleil inattendu, la tradition et le savoir-vivre disparaissaient dans les abîmes de la spéculation. Aujourd'hui comme autrefois, les entrepreneurs du lucre sont à l’œuvre. Chappaz maudissait l'épopée du béton: désormais, c'est l'intérêt d'être homme que broie le capitalisme.

Pour en finir avec les hommes politiques

Politiciens, la solution: imposer l'invisibilité des personnes. Ne restent que les programmes de législature. Il sont validés par un collège populaire. Après le vote, leur mise en application est surveillée par un comité de vérificateurs. Les membres du collège comme ceux du comité sont choisis au hasard dans le peuple et représentent les différentes catégories sociales. Le mandat est unique. Cette charge est une dignité

Feu

A la gare de Genève, ce clochard assis devant une succursale de banque. Pour se chauffer, il flambe des tickets de bus.

Triptyque

R. que je ne connais pas s'enthousiasme pour le Triptyque de la peur que lui a remis Monfrère. Sincère, je m'étonne. C'est un livre spécial. Le seul qui soit auto-édité. Monfrère confirme: "R. est un grand lecteur". Que l'on prenne du plaisir à un texte que j'ai écrit au point de se montrer entier dans le jugement est gratifiant. Preuve que le lecteur peut beaucoup. Sans lui, le livre vient au monde et s'y engloutit.

Gentillesse

Gentillesse des écorchés-vifs dont le corps, l'esprit mais surtout le cœur sont en charpie et qui parient sur l'humanité de l'interlocuteur de hasard.

dimanche 13 novembre 2016

Folie

Peut-être sommes-nous fous? Mais il y a une autre manière d'être fou. Elle consiste à s'adapter au rythme des changements sans les questionner.

Parti

Chacun au parti, dit Monfrère, ne s'intéresse qu'a soi. Ce qu'il convient de généraliser. Chacun, toujours, ne s'intéresse qu'à soi. Pour cause: faute s'intéresser à ce qu'il est, tout homme est menacé de disparition. Ce pourquoi il ne faut pas faire de politique.

Fille

A Morges, au petit-déjeuner, tandis que le marché du samedi bat son plein dans la Grand-Rue, une fille plein de grâce. Nous sommes dans un café, attablés autour d'une table ronde, à peine tirés du lit. Gala n'est pas maquillée, j'ai les yeux maquillés du vin bu la veille chez Ravet. La fille se penche pour rafler les pièces de monnaie qu'a abandonné le consommateur précédent et j'ai sa douce poitrine laiteuse sous le nez. D'un sourire charmant et ingénu, elle prend la pose, ne dit rien, attends. Contente d'être là.

Terre

Où acheter une maison? Je cherche. Avec Gala, nous énumérons continents et pays. Depuis toujours, la maison est ce qui m'intéresse le plus. Non pas que je tienne à être propriétaire, mais parce que j'ai du plaisir à me retourner dans un lieu qui me renvoie mon image. Et donc nous cherchons. Et cherchons encore. Existe-t-il encore un lieu sur terre où acheter une maison?

Amis

Ce que l'on apprend de nos amis d'autrefois. Leurs carrières, leurs amours, leurs échecs, leur mort. L'évolution de leur idées, l'augmentation de leurs revenus. Et qu'apprend-on? Qu'ils sont devenus ce qu'ils étaient.

Chaises 2

Sans nouvelles de Pablo, le propriétaire. Je me demande s'il a passé un après-midi à recoller les chaises. Après avoir tenté de me joindre six fois (je n'ai pas répondu), il m'écrit qu'il fera de son mieux, mais - dit-il - "je ne crois pas avoir les clefs de l'appartement". Tant de roublardise, explique que le pays soit sympathique. Et manque de perspectives économiques.

Soviets

Lu pour la première fois Tintin chez les soviets. Anti-bolchévisme radical d'Hergé. Cette vignette dans la fin de l'album m'a fait rire: Tintin revient de Russie, il aperçoit au loin des cheminées qui fument et, en signe de victoire, les bras dressés au ciel, s'écrie: "Berlin, enfin!" Un homme tel que François Hollande qui n'a jamais réussi à regarder la chose qu'il avait entre les jambes devrait prendre leçon sur ce réalisme.

Rencontre

Je tombe sur un mail d'un Parisienne enthousiaste. Elle vient de lire Ogrorog, elle veut me rencontrer, elle fera le voyage, il suffit que je luis dise mon jour. Le mail date d'il y a deux ans.

Placement

Le vieillissement offre un avantage: ce temps que l'on pourrait vous voler en vous plaçant à l'ombre est chaque jour plus court.

Armoire

Si je te montre l'armoire dans laquelle tu auras à habiter, tu te rebiffes. Si je te montre l'armoire et je te dis que c'est encore la meilleure la solution, tu hésites. Mais si je t'explique que cette armoire dans la quelle tu auras à habiter, bien des gens te l'envieront et que, de plus, en acceptant, tu fais acte de générosité eu égards à des crimes dont tu t'es rendu coupable, tu te résignes et tu fais un pas en avant. 

Peuple

Le peuple en a assez. Mais c'est toujours le cas. Cela ne le rend ni plus intelligent ni plus entreprenant.

Pléiades

Au coucher du soleil, le train nous dépose aux Pléiades. Nous marchons les derniers mètres dans une neige sèche. Des Tamouls photographient une bonhomme édifié par des enfants. Un couple de randonneur, aphones comme sont désormais les Suisses, progressent sur la pente. La femme répond à mon salut, puis pénètre dans le brouillard. Quand il s'effiloche, le lac apparaît. L'eau est gris plomb. Les traces des bateaux évoquent une gravure. Aplo et Luc chaussent des snowboards et s'élance. Monfrère est à l'orée du bois. Je le rejoins accompagné de Luv. Elle s'agite sur une bosse, près d'un lapin de neige. Elle a froid. Ses bottes de caoutchouc sont pleines de poudreuse. Elle ne veut pas les retirer: les pieds glacés sont sans réaction. Nous cheminons sous les arbres. Maintenant, il fait nuit. Nous empruntons la voie ferrée. De temps à autre, il faut se retourner pour s'assurer qu'aucun train ne vient. Aplo zigzague en évitant la crémaillère. Puis nous dévalons à travers champ où nous attendent les poules et les souris capturées dans le lisier des poules. 

Pour l'exercice

Toujours ceux qui interdisent l'exercice de la pensée au nom de la vérité seront défaits. Mais le temps de leur défaite est aussi celui des victimes.

Tronçonneuse

Aujourd'hui, atelier tronçonneuse. Tension de la chaîne, graissage, avaries. Après les fondamentaux: la prise en main, la position du corps, l'attaque. Fascinant! Qu'un outil engage un tel savoir surprend. A chaque étape, l'admiration du néophyte pour le spécialiste s'accroît. Il est rassurant de penser que cette connaissance impliquées est vraie de la plupart des outils et que sa complexité est fonction de la qualité de l'outil. Plus rassurant encore de savoir que l’État, quand bien même s'appuierait-t-il sur des légions d'inféodés, ne pourra jamais maîtriser l'ensemble des savoirs que thésaurise le peuple à travers ses spécialistes.