samedi 26 mars 2016

Soupape

Dans les appartements voisins, les enfants éclatent soudain de rire, pleurent, crient, hurlent. Scènes brusques et limitées dans le temps comme si, après une accumulation d'énergie, le trop plein faisait sauter la soupape".

Américains

La responsable d'un cercle d'expatriés américains me contacte par mail. En anglais, elle indique avoir lu un article sur Fordetroit et m'invite à donner une conférence. Avant de connaître mon sentiment, elle établit la liste des sujets que j'aurais à évoquer. Dans ma réponse en français, je lui suggère de lire le livre. Elle assure qu'elle le fera et me presse de répondre. En quelques mots, je précise que je n'ai pas de sympathie pour l'Amérique et que j'abhorre l'idéologie du Politiquement correct. Elle se réjouit d'en discuter et demande mes disponibilités. Hier, nous tombons d'accord sur le mois de novembre. Il lui faut un titre. Je réponds que le titre du livre devrait suffire, puis, aimable, invente un sous-titre. "Après réunion avec le comité, écrit-elle par retour de courrier, nous jugeons unanimement que vous devriez proposer un titre plus vendeur".

Routes

Et si l'on détruisait toutes les routes? L'avenir ne serait-il pas aussitôt aux solutions?

Vice de pensée

Métaphore sur l'immigration. Si un paquet de Smarties contient un bonbon empoisonné, personne n'y touchera.

Ménage

Chaque mardi paraît au bureau l'homme de ménage, un Suisse émacié qui évoque les figures tragiques des peintures d'El Greco. Avec une lenteur stylisée, il évolue dans le local, contournant les meubles, chiffonnant la poussière dans les recoins, se déhanchant pour passer l'aspirateur à travers le chaos. Comme je lui demande des nouvelles de son travail, il avoue qu'il est confronté à une situation insoluble: les Portugais qui tiennent le marché ne veulent pas d'une Suisse. Favorisant leurs concitoyens, les employeurs de la place rejettent toutes ses demandes de travail.

jeudi 24 mars 2016

Positif-négatif

Pourquoi le négatif persuade-t-il mieux que le positif? Par le négatif, il y a quelque chose à atteindre. Pour atteindre, il suffit d'agiter le négatif tel qu'il est énoncé, alors que le positif, s'il n'exprime pas ce que je suis, me met en devoir de devenir et cela par des moyens qu'il n'énonce pas.

Football

La fascination pour le football s'explique de bien des manières. Quant à sa transmission, le premier réflexe est de l'expliquer par l'imitation: les enfants jouent avec le père puis avec leurs enfants. Or, à bien observer les enfants, surtout les petits, ce qui les fascine c'est le fait que la sphère roule dans des directions aléatoires et certaines, phénomène qui renvoie instinctivement au mystère de la volonté. Lisible dans les yeux de l'enfant, c'est cette fascination qui persiste chez l'adulte.

Théâtre

Quand je songe à ces directeurs de théâtre qui disent du bien de votre travail à la seule fin que vous disiez du bien d'eux. Politiciens de petite arène! Il faut être jeune pour s'y laisser prendre. Il faut croire que j'ai été jeune.

Fred Uhlman

La réussite exceptionnelle de ce livre sur la résistance qu'est L'Ami retrouvé de Fred Uhlman tient au fait qu'il joue la maxime "il 'y a qu'une maîtresse, la révolution" dans la gamme émotionnelle.

Poe

Arrestation en Belgique du terroriste le plus recherché d'Europe baptisé "ennemi public no 1", titre généreusement distribué ces jours. C'est un jeune idiot de vingt et quelques années, dealer à la petite semaine, un de ces mal lavés dont le niveau ne passe pas l'école primaire. Des millions de budget engloutis pour une traque de quatre mois à laquelle participent des cohortes de policiers, psychologues, criminologues, militaires, Or, cet Arabe était là. Sauf à réactualiser la théorie de la lettre volée d'Alan Poe, il faut admettre que l'Etat annonce faire sans volonté de faire et appréhende quand il le juge bon et pour autant qu'il le juge bon. Là-dessus, il nous sert des balivernes; la police, annonce-t-on de source officielle, aurait saisi un arsenal de guerre. Au moment de détailler, celui-ci se compose d'une Kalachnikov et de sept magasins.

Evolution

Évolution organique de l’œuvre de Platon. Évolution proliférante de l’œuvre de Leibnitz. Évolution schizophrénique de l’œuvre de Wittgenstein: du Tractatus, il passe aux Recherches.

Amis

Ces amis avec qui je correspond depuis des années. Craignant désormais qu'on leur reproche de me connaître en vertu de ce que je leur confie, ils renoncent à écrire, ils se taisent.

Jeudi saint

Ciel limpide qui se joint à la mer. Hier, le spectacle des flots sous la lune pleine. Attablé sur la terrasse de mon restaurant habituel, je regarde un cactus géant. Haut comme les façades blanches des villas qui bordent le quai, il remue dans le vent. Avec l'heure qui avance, le trafic se clairsème. Ce soir, le Christ défilera partout dans la ville porté par les encapuchonnés et les fumées d'encens. Le passage du repas au pleur est aussi naturel que le déclin du soleil et la montée de la lune.

Répétition de l'histoire

Aucun des imbéciles qui ordonnent aux directeurs de nos écoles ne s'est avisé que le constructivisme social qu'impose la nouvelle pédagogie est directement issue des expériences totalitaires.

Epicerie

Quand je rentre la nuit par le quartier des pêcheurs, je passe devant deux épiceries à l'ancienne. Elles ont installées à même le salon de l'habitant, une dame vous tend la marchandise à travers une fenêtre protégée de fer forgé.

Espagne

L'Espagne est incompréhensible, car tout ce que font les Espagnols, ils le font naturellement. Raisonner est inutile. Rien ne donne prise. Cela explique également qu'il n'y ai pas de philosophes. Le névrosé Unamuno et Ortega y Gasset le perspicace étant des cas limite: l'un adolescent attardé, l'autre bourgeois exemplaire. 

Mendiant

Comme moi, mais en sens inverse, ce mendiant parcourt à vélo les 12 kilomètres du quai pour venir se poster devant l'entrée du supermarché. Il dispose une casquette au sol puis règle sa radio sur une station musicale, pousse le volume et fait résonner des chansons dans toute la rue. Peu avant la fermeture, il s'avance à la caisse une poignée de sous dans la main et achète des œufs. Ensuite il attend vingt-deux heures. Le gérant sollicite alors son aide pour remiser le grand panneau des offres installé sur le trottoir.

Automatisme

A soixante mille années lumière de l'orbe terrestre, la navette sous pilotage automatique identifie une menace. Elle expulse alors dans l'espace tous les coffres d'hibernation qui contiennent l'équipage.

Soi

A l'avenir, chaque autobiographie sera à la fois originale et celle de tout le monde.

mercredi 23 mars 2016

Horloge

Vivre seul et en solitaire est parfois pesant. Il faut occuper tous les moments du jour. L'énergie que cela exige, et la fatigue. Mais la satisfaction d'avoir aboli la course contre le temps est sans commune mesure. A toute heure pouvoir rentrer ou sortir, prolonger une réflexion ou s'endormir est une bénédiction.

Internet

Recevoir des lettres qui ne sont que des collages de références prises sur internet est angoissant. De l'interlocuteur, il ne reste que la signature.

Cocteau

Adorno note: "Cocteau, de sa plume experte, écrivit que Nietzsche avait certainement formé son jugement sur la littérature française d'après les rayonnages de la librairie de la gare de Sils-Maria. Or il n'y a à Sils ni train, ni gare, ni librairie de gare."

Disco

Hier, je pédalais sur un vélo statique au milieu de vingt personnes dans une salle souterraine transformée en discothèque. Le vélo du chef de groupe est monté sur estrade afin que chacun puisse suivre la donnée d'ordres. Il crie les vitesses et les cadences. Il mélange les sons du bout des doigts sur une table de mixage, pour motiver la troupe il ne cesse de monter le son. Dès le début de la séance, j'enfonce des tampons dans les oreilles. Vers la fin, il faudrait un casque d'aviateur. Dans les haut-parleurs, le chanteur hurle en espagnol: Deux jours à t'attendre dans ce bar, je désespèèèèère! Jamais je n'aurai cru que ce serait si douloureu-eu-eux!

Plantes

Cette habitude des bourgeois du dix-neuvième d'herboriser. Gide raconte ces promenades savantes, mais note peu de choses sur ses trouvailles; Calaferte est à demeure, mais nous convie à regarder pousser les fleurs et plantes de son jardin. Lorsque je lis son journal, je saute ces passages. Et voici que j'ai acheté à un pépiniériste qui tient un stand au village le vendredi un palmier, des tomates, un cactus, de la coriandre et du persil. Ainsi qu'un pin maritime. Celui-là vient du supermarché. Haut de dix centimètres, il était présenté dans un carton échancré. Je comptais vingt cartons du même type côte à côte rangés comme des chocolats dans une boîte. Le rapport entre la standardisation, le rangement et le fait qu'il y ait là quelque chose de vert, qui pousse et grandit sollicitait l'imagination. Au déballage, je vis que ses racines trempaient dans un sachet de gel bleu. A ce jour, j'ignore s'il est vivant.

Promesse de bonheur

Une fête réunissait tous mes amis, jusqu'aux plus anciens, camarades de jeu et d'école. Comme je déambulais parmi eux, je remarquais en outre des voisins, et d'abord ce couple de paysans aux habits frustes. Les caractères des uns et des autres m'apparaissaient avec netteté, mais à la vue de cette galerie je ressentais un grand ennui ne sachant pourquoi, depuis le temps que je me tenais à l'écart de la société, j'avais soudain accepté d'organiser cette soirée. Cependant, je m'acquittais de ma tâche d'hôte, veillant à ce que chacun, selon son bon plaisir, puisse boire, échanger, dormir, se promener, faire du sport ou vomir. Je m'arrêtais devant K. Assis sur la banquette d'un compartiment lui faisaient face les deux paysans. "Mon dieu, me disais-je, s'ils ne trouvent rien à dire à ce malheureux K. qui est le plus simple de mes amis, qu'en sera-t-il des autres?" Et, plus ennuyé encore, je me réjouissais du moment où tous partiraient, disparaîtraient pour ne plus reparaître. Comme s'ils avaient compris, tous empruntaient à la queue-leu-leu un pont naturel en forme d'arche conduisant à travers le ciel sur la place d'un village de montagne entouré de granges et de chalets où la vie s'écoulait selon la tradition et je marchais à leur suite, pris de vertige mais fasciné .
Le lendemain, je lis Depuis Sils-Maria d'Adorno: "Depuis les hauteurs, les villages ont l'air mobiles, sans fondations, comme posés là par une main légère. Il ne émane une promesse de bonheur semblable à celle du jouet qui éveille des fantasmes de géant: on pourrait en faire ce que l'on veut."

But

L'enfant, à peine plus haut que le ballon de foot devant lequel il se tient:
- Je suis plus que que sûr de le mettre!
Il se pourrait qu'il réussisse, il n'y a pas de but.

lundi 21 mars 2016

Axarquia

Sous la route côtière, alors que celle-ci enjambe un des nombreux ruisseaux qui descend  des hauteurs de l'Axarquia pour se jeter dans la mer à travers la plage, un restaurant, plus exactement un "chiringuito", une sorte de bar à grillades comme il en existe des milliers. Sauf que celui-là a disposé ses tables entre les piles de soutènement du pont de sorte que pour manger leurs sardines les clients doivent baisser la tête. Hier, à quatre heures, un vent soufflait du large, les familles se bousculaient pour déjeuner sous la route.

Extraordinaire

De son ami, D. me dit: "il n'est jamais sorti de Lausanne". Je demande son âge.
- 46 ans. Un jour, l'an dernier il m'appelle, enthousiaste. "Devine! me fait-il. J'ai réussi, je suis monté dans un train, je te téléphone depuis Montreux!"
- Extraordinaire!
- Oui. D'après lui, c'était dû à une phobie. Enfant, ses parents l'avaient emmené en pique-nique. Comme il jouait alors que sa mère l'invitait pour la troisième fois à regagner la voiture, les parents avaient démarré. Ils sont venus le rechercher un quart d'heure plus tard.

Clients

Dans une banque au système d'attente organisé par un distributeur de tickets, je me précipitais sur un homme en blanc. Étonné, il se retire.
- Excusez-moi, lui dis-je, j'ai cru que la borne où prendre son ticket, c'était vous.
- Pas du tout! Voyez! Vous retirez au distributeur automatique une blouse blanche comme celle-ci, vous la passez sur votre corps et vous rejoignez la file.

Bande dessinées

Visitant chaque pièce de la maison, je récupérais des albums de bande-dessinée vermoulus parmi lesquels une aventure inédite de Tintin en Amérique centrale dont j'esquissais le premier dialogue.
- Oh, dit Milou découvrant le chauffeur de taxi qui de la gare doit les emmener en ville, il est étrange!
-Il va falloir t'habituer, répondait Tintin, ce sont des Indiens.

Espaces

Il n'y a rien. Toutes choses sont de ce côté de la nuit.

dimanche 20 mars 2016

Chinois

Chaque ville, village, quartier et bientôt chaque rue a son commerce chinois, tenu par une famille, ouvert de l'aube au coucher du soleil. Plus proches de l'entrepôt que du magasin, ces commerces ont la particularité d'être sans vitrine. Une simple ouverture dans le mur de façade donne accès au local. A la nuit, le propriétaire tire un rideau de fer. A l'exception de la pharmacie, des meubles et l'alimentation, tous les produits sont représentés. Bien que vastes, les locaux ne suffisent jamais à les contenir tous et les étalages, chargés jusqu'au plafond et serrés les uns contre les autres, permettent à peine à deux clients de se croiser. La lumière de l'extérieur ne pénètre pas dans le local, des barres de néons éclairent la marchandise. Le schéma étant labyrinthique, l'habitude veut que l'on demande son produit à l'entrée du magasin. Le propriétaire ou sa femme vous guident alors jusqu'au produit. Ou plutôt, vous guidait. En effet, il y a dix ans, lors de l'implantation de ces commerces, l'un de membres du couple vous emmenait dans le magasin tandis que l'autre gardait la caisse. Puis est venu le cousin, le neveu, bref une chinois d'immigration plus récente. Le couple, criait en direction des rayons un mot et il survenait, aphone, empressé, vous indiquait l'emplacement où chercher. Cela vient à nouveau de changer: désormais, le couple chinois se tient près de la caisse, devant l'ouverture, afin de profiter du peu de lumière qui pénètre dans le local et un adolescent espagnol arpente les rayons et répond à l'appel des ses patrons lorsqu'un client veut obtenir un renseignement (on imagine son salaire). Quant au cousin, il ouvert son propre magasin.