mardi 25 mai 2010

Trois fois dans la journée comme je pénètre dans le débarras, je sursaute devant le portemanteau qui trop chargé a pris figure humaine.

Aucun commentaire: